Memramcook: les organisateurs de la course de patinage Xtreme prennent les grands moyens

Les organisateurs de la course de patinage Xtreme à Memramcook gardent espoir, malgré la pluie et les températures bien au-dessus du point de congélation prévues cette semaine. Les grands moyens sont pris pour s’assurer que les athlètes puissent dévaler les pentes de la Vallée, les 2 et 3 février.

«Je sais que la température ne semble pas trop de notre côté, mais on vise encore ces dates», précise la directrice des loisirs et de la programmation à Memramcook, Maryse LeBlanc.

La course Xtreme de Memramcook est une compétition de type Crashed Ice. Des athlètes doivent descendre un circuit glacé et parsemé d’obstacles chaussés de leurs patins. Le plus rapide remporte la compétition.

L’événement de niveau amateur affiche déjà complet chez les hommes et il ne reste que quelques places chez les femmes. Un total de 65 hommes s’y sont inscrits et 11 femmes tenteront de mettre la main sur la première place.

«Pour une course amateur, on voit que l’intérêt est là. Ça risque d’être tout un événement. Le potentiel pour une foule est incroyable. Il y a beaucoup de population au sud-est, mais on a besoin de la collaboration de Dame Nature», a indiqué Bruno Richard, athlète et un des organisateurs de l’événement.

Le succès de l’événement ne dépend pas que des athlètes. La météo est le plus grand facteur. L’année dernière à Bathurst, la course a été annulée en raison d’une température trop chaude.

De la pluie et des températures de 5°C sont prévues par les météorologues pour Memramcook, mardi. Rien de bon pour la course. Le mercure devrait plonger à nouveau jeudi et vendredi pour ensuite remonter au-dessus du point congélation, en fin de semaine.

Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les organisateurs ont loué des canons à neige et ils espèrent commencer à produire de la neige d’ici la fin de semaine.

«On va essayer de faire la neige et passer à travers la fin de semaine, parce qu’ils annoncent encore du mauvais temps ce week-end, et voir la semaine prochaine à quoi le tout va ressembler», a expliqué Mme LeBlanc.

À l’exception de la glace, tout est prêt. Les ballots de foin sont installés, le parcours est délimité et la butte de départ est prête.

«On travaille dessus chaque jour, mais c’est sûr que c’est la météo qui décide. C’est ça qui est difficile», a souligné Mme LeBlanc.

«Ils annoncent vraiment froid, jeudi et vendredi. Cette vitrine-là, il faudra en profiter pour créer beaucoup de glace. On va se croiser les doigts pour qu’il ne fasse pas trop chaud. Si on peut survivre jusqu’à lundi, on devrait être bon. Il y a beaucoup de si. On contrôle ce qu’on peut», a ajouté Bruno Richard.

Si le pire ne peut être évité, des plans B et C pourront être mis en œuvre. L’événement pourrait par exemple être repoussé aux 16 et 17 février. Les athlètes seront consultés avant un changement de date.

Une douzaine d’athlètes du Québec sont attendus en plus de patineurs de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et du Maine.