Le gouvernement du Nouveau-Brunswick souhaite modifier la Loi sur les normes d’emploi afin d’autoriser les congés pour violence familiale ou violence entre partenaires intimes.

Les libéraux de Brian Gallant veulent aussi offrir la sécurité d’emploi aux aidants naturels qui devraient quitter temporairement leur travail pour s’occuper d’un proche malade.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Croissance démographique, Gilles LePage, a expliqué mardi que les mesures visant les victimes de violence conjugale s’harmonisent avec ce qui se fait déjà au Manitoba, en Ontario, en Alberta et en Saskatchewan.

La Loi sur les normes d’emploi permettrait maintenant à une victime de violence conjugale d’obtenir des congés pour être soignée, pour consulter les services sociaux et les services juridiques, ou encore pour trouver un nouveau logement.

Le président de la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Nouveau-Brunswick, Patrick Colford, s’est réjoui de cette initiative.

Le gouvernement consultera les intervenants au cours des prochaines semaines afin d’obtenir leurs commentaires et leurs recommandations quant aux modifications proposées à la loi.

« Il est essentiel que les dispositions législatives sur les normes d’emploi du Nouveau-Brunswick soient constamment modernisées afin de maintenir un marché du travail concurrentiel et de répondre aux besoins des employeurs et des employés », a estimé le ministre LePage.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle