La saison de pêche au crabe pourrait ouvrir plus tôt

Le ministre fédéral des Pêches et Océans a annoncé mardi de nouvelles mesures de gestion de la pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent afin de protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord.

Dix-sept de ces baleines menacées d’extinction ont été tuées au large de la côte est du Canada et des États-Unis l’été dernier, dont 12 dans le golfe du Saint-Laurent. Plusieurs sont mortes après avoir été heurtées par des navires, mais d’autres se sont aussi empêtrées dans de l’équipement de pêche.

On compte environ 450 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde actuellement, et les biologistes croient que cette population est en déclin. Les baleines noires séjournent dans le golfe du Saint-Laurent pendant l’été. Pour déterminer les mesures à prendre, Ottawa avait mis sur pied une table ronde ministérielle, qui s’est réunie à Moncton le 9 novembre.

En vertu des nouvelles exigences du ministère, aucune corde servant à attacher un casier à crabe à une bouée principale ne pourra continuer à flotter à la surface de l’eau après la calée du casier. La longueur de ces cordages devra donc être réduite à 3,7 mètres (deux brasses) au maximum.

Le cordage devra aussi être d’une couleur spécifique à chaque zone de pêche, et les bouées devront porter un numéro séquentiel, afin d’identifier chaque casier à crabe et chaque pêcheur. Enfin, les titulaires de permis de pêche au crabe devront dorénavant signaler toute perte d’engins de pêche, avec la dernière position GPS signalée.

Le ministère précise que d’autres mesures de gestion de la pêche visant à protéger les baleines sont à l’étude et seront annoncées « dans un proche avenir ».

En août, Ottawa avait adopté une mesure d’urgence en limitant la vitesse des navires qui circulent dans le golfe. La mesure a été annulée plus tôt ce mois-ci en l’absence de toute baleine dans le secteur. Le ministre des Pêches et Océans, Dominic LeBlanc, avait aussi ordonné aux navires, en novembre, de ne pas s’approcher à moins de 100 mètres des baleines dans le golfe.

M. LeBlanc envisage aussi d’ouvrir la saison de la pêche au crabe plus tôt, afin de ne pas gêner la migration printanière des baleines noires. « On va continuer, avec la Garde côtière canadienne, à préparer des plans pour ouvrir le plus tôt possible la saison de pêche », a indiqué le ministre lors d’une conférence de presse à Moncton. « Ça dépendra de la disponibilité des brise-glaces de la Garde côtière canadienne: il y a certaines urgences, certaines priorités en termes de voies navigables » qui devront être prises en compte, a-t-il précisé.

La saison de pêche débute habituellement à la fin avril. En 2015, le lancement n’avait pas eu lieu avant le 11 mai, alors qu’en 2014, la pêche avait débuté le 7 mai.

La saison de pêche au crabe a été exceptionnel en 2017, tant au niveau de la qualité des prises et du prix offert.

Des mesures bien accueillies par les pêcheurs

L’Association des crabiers acadiens voit d’un bon oeil les mesures annoncées mardi par le ministre Dominic LeBlanc.

À l’exception du marquage du cordage – qui pourrait entraîner une semaine additionnelle de travail -, le président de l’organisme ne croit pas que les nouveaux règlements changeront le quotidien des crabiers traditionnels.

Joël Gionet souligne que les mesures ont été proposées par l’industrie lors d’une table ronde du ministre, en novembre.

«Aucune des mesures annoncées par le ministre aujourd’hui n’est une surprise. Ce sont des recommandations faites par l’industrie ou des gens du secteur maritime.»

«Il faut essayer de mettre des mesures en place pour minimiser l’impact. On ne pourra jamais toute l’éliminer, mais au moins on peut essayer de la minimiser.»

M. Gionet s’attend à ce que le nombre de décès de baleines dans le golfe soit beaucoup moins élevé en 2018 qu’en 2017 en raison d’un retour à la normale du quota de crabe des neiges.

L’an dernier, le total admissible des captures a atteint un niveau record, ce qui a prolongé la saison de pêche. Le phénomène a créé une longue période où les pêcheurs, leur équipement et les baleines se retrouvaient simultanément dans le golfe du Saint-Laurent.

«Normalement, la saison de pêche est terminée le 15 juin. Mais cette année, le 15 juillet tout le monde était encore là. Moi je suis convaincu qu’on n’aura presque pas de problèmes avec les baleines cette année.»

M. Gionet a identifié deux autres mesures qui pourraient aider la situation. Elles comprennent l’utilisation de brise-glaces du ministère des Pêches et des Océans afin d’ouvrir les quais au printemps. Cela permettrait de commencer et de finir la pêche plus tôt.

«Il faut s’assurer que lorsque le golfe du Saint-Laurent est libre de glace, les ports sont libres de glace.»

M. Gionet croit aussi qu’une réduction du nombre de casiers par pêcheur réduirait le risque d’enchevêtrement. Bien qu’un tel règlement forcerait probablement une sortie additionnelle de pêche par saison, il pourrait de réduire considérablement la quantité de cordes dans le golfe.

Il espère que ces mesures feront partie d’autres annonces du ministre avant le début de la saison de pêche. – JMD