Parle-ouère d’assurance-emploi

L’appel de la Société acadienne du Nouveau-Brunswick (SANB) à son Parle-ouère dans la Péninsule acadienne a été largement entendu: plus de 300 personnes se sont rendues, vendredi soir, au centre communautaire d’Inkerman.

Le sujet avait de quoi attirer. Les participants étaient invités à s’exprimer sur l’assurance-emploi. Depuis des mois, le Comité d’action des travailleurs et des travailleuses saisonniers du Nouveau-Brunswick milite pour que le système soit revu et profite davantage aux bénéficiaires.

En plus de deux heures de débat, des hommes et des femmes confrontés à la précarité de l’emploi dans la Péninsule ont vivement critiqué les mesures prises par les gouvernements. Ils ont sévèrement harangué les élus présents (Serge Cormier pour le fédéral, Serge Rousselle, Denis Landry et Wilfred Roussel pour le provincial). Ces derniers ont assuré qu’ils œuvraient en leur nom auprès des plus hautes instances. Autant de paroles qui n’ont pas convaincu l’assistance.

Le comité promet d’autres actions. Son porte-parole, Fernand Thibodeau, promet: «Notre prochaine manifestation, ce sera en gros.»