Retour à la normale pour l’industrie conchylicole du Sud-Est

Les producteurs de mollusques du Sud-Est du Nouveau-Brunswick peuvent reprendre leurs activités habituelles. La fermeture d’une grande zone à la pêche, imposée à la mi-janvier, est maintenant chose du passée.

La grande fermeture en question avait été ordonnée par le gouvernement fédéral le 15 janvier dans la foulée de pluies torrentielles. Elle touchait un secteur de plus de 150 kilomètres allant de la pointe Escuminac (à l’est d’Escuminac) à la pointe Fagan (près de Cap-Pelé).

Elle visait tous les mollusques bivalves, dont les huîtres, les moules, les palourdes et les pétoncles de baie et devait durer au moins 21 jours. Elle a cependant été partiellement levée le 30 janvier et ensuite complètement levée le 1er février, un peu plus tôt que prévu.

La fermeture avait été recommandée par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) afin «d’atténuer le risque pour les consommateurs relativement à la salubrité des aliments», avait indiqué une porte-parole d’ECCC à l’Acadie Nouvelle dans un courriel.

Elle avait expliqué que «les mollusques et les crustacés peuvent être contaminés par les polluants transportés par les eaux de ruissellement attribuables à une pluie abondante ou à une fonte de neige rapide».

À noter que le statut des petites zones du Sud-Est qui étaient déjà fermées avant le 15 janvier –dont certaines sont frappées d’une interdiction de pêcher des mollusques depuis des années– demeure le même.