Le débat entourant la fermeture des écoles est relancé de plus belle

Un autobus du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO) transportant des élèves a été impliqué dans un accident de la circulation, lundi matin, à Edmundston.

Cet accident a tôt fait de relancer de plus belle le débat entourant la fermeture ou non des écoles lors de mauvais temps.

L’incident s’est déroulé sur la rue Victoria, près d’une bretelle menant à l’autoroute 2.

Trois véhicules ont été impliqués dans l’accident qui a somme toute causé plus de peur que de mal.

Une fausse manœuvre de la part d’un des automobilistes serait à l’origine de l’accident, selon la Force policière d’Edmundston.

«Une voiture qui sortait de la bretelle d’autoroute ne s’est pas arrêtée et est entrée en collision avec une camionnette qui circulait sur la rue Victoria. L’autobus circulait en sens inverse de la camionnette, sur la rue Victoria. La camionnette est venue percuter l’autobus», a expliqué Julie Poulin, porte-parole du DSFNO.

Une demi-douzaine d’élèves prenait place à bord de l’autobus lorsque l’accident est survenu peu après 8h.

Aucun de ces élèves n’a été blessé, tout comme les occupants des deux véhicules automobiles qui s’en sont également tirés indemnes.

«Heureusement, l’impact a été de très faible intensité et il n’y a pas eu de blessé à bord de l’autobus. Tous les élèves et le chauffeur vont bien», a ajouté Julie Poulin, en précisant que l’intersection où est survenu l’accident est un coin connu comme étant problématique.

«Le DSFNO est très heureux et rassuré de savoir que des feux de circulation seront prochainement installés à cet endroit.»

Des parents mécontents

La décision prise lundi matin par le DSFNO de garder ses écoles ouvertes a suscité la grogne de plusieurs parents qui jugeaient le réseau routier non sécuritaire en raison du mauvais temps.

Cette grogne a atteint son paroxysme à l’annonce de la nouvelle de l’accident de la circulation impliquant un autobus du district scolaire à Edmundston.

Cette vague de mécontentement a de plus été alimentée par la décision du District scolaire anglophone Ouest de fermer la majorité de ses écoles.

Plusieurs internautes ont pris d’assaut les médias sociaux afin de critiquer vertement la direction du district scolaire.

«Vous ne pensez qu’à votre paie, pas à nos jeunes. Vous n’avez pas de cœur…», a écrit un père de famille de Grand-Sault à l’endroit du DSFNO.

«En raison des mauvaises conditions, les autobus continueront à rouler sur nos chemins avec nos enfants et faire des accidents comme ce matin. Merci pour vos bons soins…», a écrit un autre internaute d’Edmundston.

Devant le tollé ainsi provoqué, le district scolaire a tenté répondre aux questions que les parents pourraient bien avoir concernant la fermeture des écoles en raison de mauvais temps.

Le DSFNO s’est dit conscient que la décision de fermer ou non ses écoles peut susciter des inquiétudes chez les parents d’élèves et affirme qu’il s’agit toujours de décisions difficiles à prendre.

Dans un message publié à l’origine en décembre 2015, la direction du district scolaire a rappelé que la sécurité des élèves est sa priorité et qu’elle fait tout en son pouvoir pour s’assurer de prendre les bonnes décisions.

Dans son guide portant sur les fermetures d’écoles, le DSFNO stipule clairement que la décision finale appartient aux parents et que ceux-ci peuvent décider de ne pas envoyer leurs enfants à l’école s’ils jugent que leur sécurité n’est pas assurée.

La direction du district scolaire n’a pas voulu s’étendre davantage au sujet de ses décisions de fermer ou de maintenir ouvertes les écoles.

Fermées malgré des températures clémentes

Le mercure a atteint 9°C lundi à Moncton. Il a grimpé à 3°C à Caraquet. Malgré des températures en apparence clémentes, les écoles étaient fermées dans ces régions.

Lorsqu’on a demandé au District scolaire francophone Sud pourquoi la majorité de leurs écoles étaient fermées lundi, on nous a simplement répondu «condition des routes secondaires».

Lorsque des parents ont questionné, sur la page Facebook du district, la décision de fermer les classes, aucune réponse ne leur a été donnée.

Au District scolaire francophone Nord-Est, on affirme que les «écoles sont fermées à cause des conditions routières et des prévisions météorologiques».

Dans la Péninsule acadienne, les écoles ont été fermées 5,5 jours cette année comparativement à 11 jours l’année dernière, principalement en raison du verglas. Dans la région Chaleur, les élèves ont eu congé 4,5 jours cette année. En 2016-2017, ils ont eu 4 jours.

Dans le district Sud, les écoles ont été fermées trois jours de janvier au 5 février en 2016-2017. Pendant la même période, cette année, les écoles ont été fermées 4 jours.

  • Avec la participation de Patrick Lacelle