Kevin Arseneau briguera l’investiture du Parti vert

Après avoir vu sa candidature refusée par le Parti libéral, l’ancien président de la SANB, Kevin Arseneau, tentera de se faire élire sous la bannière du Parti vert lors des élections provinciales.

En septembre, Kevin Arseneau avait démissionné de la présidence de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick avant d’annoncer qu’il briguerait l’investiture libérale dans Kent-Nord.

Le comité d’approbation du parti au pouvoir a finalement refusé sa candidature, estimant que les prises de position du fermier de Rogersville ne cadraient pas avec l’idéologie libérale.

Kevin Arseneau s’est alors tourné vers le Parti vert avec lequel il a été impliqué par le passé. Il avait notamment brigué l’investiture du Parti vert dans Restigouche-Chaleur en vue des élections de 2014, avant de se désister pour se concentrer sur ses études.

«Ça semblait naturel comme décision. Le parti porte des idées progressistes et je me suis toujours situé de ce côté-là de la ligne», lâche-t-il.

L’agriculteur explique avoir fait son choix après avoir consulté son équipe de campagne. Il dit avoir eu la garantie du chef du parti, David Coon, qu’il pourrait garder sa liberté de ton.

«C’était important de rencontrer M. Coon pour mettre au clair le fait que je ne serai pas une meneuse de claque, lance-t-il. J’adhère aux principes directeurs du parti, mais je veux pouvoir servir les gens de mon comté avant le parti. Il m’a confirmé que je garderai ma libre conscience de vote.»

Selon lui, le parti libéral n’était pas prêt à accueillir dans ses rangs un électron libre.

«Ils ont tracé une ligne dans le sable, ils ont dit « C’est fini les idées progressistes, c’est fini Louis J. Robichaud. On n’est plus le parti du changement, on met le parti avant le peuple. » Pour moi, c’est ce qui est ressorti de cette expérience.»

Le candidat entend faire bouger les lignes dans la circonscription en offrant une option au bipartisme «bleu-rouge». Il espère que les Verts seront en mesure de faire élire plusieurs députés en 2018 pour obtenir la balance du pouvoir.

«Je sens que les gens de Kent Nord veulent un changement, qu’on essaye quelque chose de différent. Quand je me promène dans le comté, je vois un énorme potentiel, que ce soit dans la pêche, la foresterie ou l’agriculture.»

Kevin Arseneau se dit d’ailleurs favorable à une alliance entre le NPD et le Parti vert au Nouveau-Brunswick et estime qu’il n’y a «pas énormément de différences entre ces deux partis».

Du côté du parti libéral, deux candidats sont toujours en lice dans Kent-Nord, mais aucune date n’a été fixée pour le congrès d’investiture.

Émery Comeau, l’adjoint du député sortant Bertrand LeBlanc, s’est lancé dans la course après avoir servi le politicien libéral pendant huit ans.

Il sera opposé à Dan Murphy. Fils de l’ancien maire de Rexton, il a été directeur général du parti libéral en 2014.

Selon Élections NB, le NPD et le parti progressiste-conservateur ne comptent aucun candidats à l’investiture déclarés jusqu’à présent.

En 2014, le libéral Bertrand LeBlanc avait remporté l’élection avec 4699 voix, devançant la candidate du Parti vert Rébeka Frazer-Chiasson (1707 votes). La candidate des conservateurs, Nancy Blanchard, avait terminé en troisième position (1559 votes).