Route 11: Higgs se dit ouvert à une amélioration du tronçon Janeville-Bertrand

Dans le cadre d’un déjeuner organisé par la Chambre de commerce de Bathurst, le chef du Parti progressiste-conservateur, Blain Higgs, a discuté de plusieurs enjeux propres la région Chaleur dont ceux des routes, du développement économique et de la rétention des jeunes, mardi matin à Bathurst.

Plusieurs élus de la région ainsi que des entrepreneurs ont assisté à cette rencontre avec le chef du Parti progressiste-conservateur, Blain Higgs.

Pour l’occasion, le maire de Petit-Rocher et président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Luc Desjardins, a rappelé que le dossier de la route 11 est la priorité au niveau des infrastructures pour la région.

«Pour une fois, il y a unanimité dans la région Chaleur et la Péninsule acadienne sur le fait que le projet prioritaire au niveau des infrastructures est de voir terminer le tronçon Janeville-Bertrand» souligne M. Desjardins.

«C’est une question de transport de marchandises qui est essentielle pour la région. Les camions qui empruntent la route 11 doivent payer une surcharge de quelques centaines de dollars de plus à cause de l’état de la route. C’est un handicap et un frein à l’exportation des produits de la Péninsule acadienne pour avoir accès au port de Belledune et aux chemins de fer», a-t-il ajouté.

Après avoir écouté les différentes préoccupations des intervenants de la région, M. Higgs a mentionné qu’il est important que tous les intervenants travaillent ensemble pour mener le projet à terme.

Selon lui, ce projet serait viable. Ce serait aussi un atout pour le développement économique des différentes communautés de la région.

«À ce sujet, il serait important de regarder comment nous pourrions connecter les plus petites communautés aux routes majeures de la province. Cela pourrait permettre aux entreprises de s’installer dans ces communautés au lieu d’aller vers les grandes villes», a fait valoir M. Higgs.

En septembre, le premier ministre Brian Gallant avait rencontré les maires de la Péninsule acadienne et de la région Chaleur au sujet de la route 11. Il avait toutefois refusé de s’engager, précisant qu’il gardait la porte ouverte, mais que son gouvernement avait «déjà investi des millions et des millions et des millions de dollars dans la région».

Au niveau de la rétention des jeunes et des travailleurs dans la région Chaleur, M. Higgs soutient qu’il n’y a pas de solution magique.

«Je pense que c’est une combinaison de plusieurs solutions, dont la création d’emplois durables et attrayants dans les régions pour contrer l’exode des jeunes.»

Pour l’assurance emploi, M. Higgs, dis que les limites du gouvernement provincial sont restreintes du fait qu’il s’agit d’un domaine de juridiction fédérale. Toutefois, il souligne que le gouvernement provincial, par le biais de l’Assemblé législative, travaille de concert avec Ottawa pour améliorer la situation.

Donner davantage de pouvoir aux régions

Selon M. Higgs, les institutions locales devraient avoir plus de pouvoir de décisions sur les enjeux de leur région.

«C’est important de donner davantage de pouvoir aux communautés parce qu’elles connaissent leur réalité plus que le gouvernement provincial. Ces communautés doivent prendre leur décision sans interférence de Fredericton dans certains de leur dossier. Elles sont parfois mieux placées pour prendre des décisions pour leurs concitoyens que le gouvernement provincial», souligne M. Higgs.