Budget fédéral: série de mesures contre le «trou noir»

Le budget déposé mardi par le ministre fédéral des Finances comprend quelques annonces qui devrait avoir des échos davantage au Nouveau-Brunswick qu’ailleurs au pays. En voici quatre.

Des efforts pour lutter contre le «trou noir»

Le fédéral semble être enfin prêt à agir pour mettre fin au «trou noir» – soit la période entre la fin des prestations de l’assurance-emploi et la reprise des activités – dans lequel tombent de nombreux travailleurs saisonniers, notamment au Nouveau-Brunswick, chaque année.

Dans le budget 2018-2019, Ottawa annonce une série de mesure à l’échelle nationale pour s’attaquer à ce problème.

En plus de consacrer 10 millions $ immédiatement en aide au revenu et à la formation (grâce aux ressources ministérielles existantes), il investira 80 millions $ au cours de l’année 2018-2019 et 150 millions $ l’année suivante par l’entremise d’ententes fédérales-provinciales.

Des changements législatifs et l’adoption de «solutions locales» développées de concert avec certaines provinces sont aussi sur la table.

Un projet pilote pour les aînés

Le gouvernement fédéral annonce qu’il consacrera 75 millions $ à un projet pilote sur les aînés en santé au Nouveau-Brunswick. Il répond ainsi favorablement à la demande des libéraux de Brian Gallant, qui demandaient ouvertement que la province soit choisie par Ottawa à cette fin.

Des mauvaises nouvelles pour la tordeuse

Ottawa compte faire la vie dure à la tordeuse des bourgeons de l’épinette, un insecte qui fait des ravages au Nouveau-Brunswick et qui donne des sueurs froides à l’industrie forestière.

Il offrira 74,75 millions $ sur cinq ans afin de prévenir sa propagation dans les provinces de l’Atlantique. Le ratio de partage des coûts entre le fédéral et les provinces accompagnées de l’industrie sera de 60%-40%.

Des millions $ pour les langues officielles

La Fédération des communautés francophones et acadienne demandait depuis quelque temps l’injection de 575 millions $ additionnels dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023.

Dans le budget déposé mardi, le gouvernement fédéral annonce qu’il investira 400 millions $ sur cinq ans (et 88,4 millions $ par année par la suite), soit pas mal moins que ce qui était exigé par la FCFA.

Une partie de cette somme servira à donner un nouveau souffle à la communauté acadienne du Nouveau-Brunswick. On en saura davantage lors de la présentation du Plan d’action, prévue en mars.