Élections provinciales: les chances du NPD sont minces selon des politologues

L’année 2018 sera-t-elle enfin celle qui permettra aux néo-démocrates de réaliser une percée au Nouveau-Brunswick? L’Acadie Nouvelle en a discuté avec deux politologues.

Cet automne, la nouvelle chef du NPD du N.-B., Jennifer Mckenzie, a souligné qu’une importante analyse des résultats de l’élection provinciale de 2014 et de l’élection fédérale de 2015 a permis de déterminer que les gains les plus considérables pourraient être réalisés dans le nord.

Le politologue de l’université Mount Allison, Mario Lévesque, est d’avis que les meilleures chances du NPD se trouvent dans le Nord, grâce à une forte culture ouvrière avec les travailleurs miniers et saisonniers.

«Historiquement, le parti a aussi connu des bons résultats au niveau fédéral avec Yvon Godin.»

La région de Saint-Jean représente aussi un bon potentiel. L’ancienne chef, Elizabeth Weir, a été élue à l’Assemblée législative à quatre reprises dans la circonscription de Saint John Harbour.

«Le fait de miser sur ces deux régions est la meilleure voie à suivre, mais vont-ils gagner? Si oui, d’après moi, on parle au mieux d’un seul siège.»

Roger Ouellette, politologue à l’Université de Moncton, se montre également peu optimiste. Selon lui, le NPD et le Parti vert auraient intérêt à créer une alliance dans certaines circonscriptions.

«Par exemple, le NPD ne devrait pas présenter de candidat dans la circonscription du chef du Parti vert et le Parti vert ne devrait pas en présenter dans celle de la chef du NPD.»

Les tendances actuelles semblent d’ailleurs favoriser le Parti vert.

«Aucun sondage ne montre une percée du NPD dans la province et encore moins dans le Nord. Le NPD semble avoir perdu des appuis au profit du Parti libéral alors que le Parti vert semble garder les siens.»

La montée du Parti vert place d’ailleurs le NPD dans une position particulière, ajoute le politologue Mario Lévesque. Il est concurrencé par le Parti libéral qui n’hésite pas à prendre en main certains dossiers importants pour la gauche.

«Cela veut dire que le NPD doit réfléchir sérieusement à son programme politique, parce que le Parti vert semble offrir une alternative aux libéraux que le NPD n’arrive pas à faire, au moins jusqu’à maintenant. Mais il reste encore beaucoup de temps avant l’élection et les choses peuvent évoluer très rapidement.»

Fernand Thibodeau retire sa candidature dans Tracadie-Sheila

L’un des portes-paroles du Comité d’action sur l’assurance-emploi de la Péninsule acadienne, Fernand Thibodeau, a retiré sa candidature à l’investiture dans la circonscription de Tracadie-Sheila, affirme David Brown, directeur général du NPD du N.-B.

Aucun motif n’a été précisé. L’Acadie Nouvelle a contacté Fernand Thibodeau, mais il ne souhaitait pas accorder d’entrevue à ce sujet.

Le congrès d’investiture dans Tracadie-Sheila devait initialement avoir lieu le 23 février. Une nouvelle date n’a pas encore été fixée, ajoute David Brown.

La veille, les militants du parti ont officialisé la candidature de Jean-Maurice Landry, un autre porte-parole du Comité d’action sur l’assurance-emploi, dans la circonscription de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore.

Les néo-démocrates ont aussi sélectionné Thérèse Tremblay, de Dalhousie, comme candidate dans Campbellton-Dalhousie.