Saint-Quentin: le réseau de santé Vitalité présente ses excuses

Le réseau de santé Vitalité présente ses excuses pour l’interruption de services à l’Hôtel-Dieu Saint-Joseph de Saint-Quentin. Le PDG Gilles Lanteigne dit vouloir établir un dialogue avec la population.

Plus tôt ce mois-ci, une maman s’est présentée au service d’urgence avec son jeune garçon et n’a pas pu recevoir des services de radiographie et de prélèvement sanguin. La famille a dû se rendre de nuit à Edmundston pour que l’enfant puisse bénéficier des examens médicaux nécessaires.

Du côté du Réseau de santé Vitalité, on assure qu’il s’agit d’un cas d’exception et que les services de radiographie sont normalement offerts en tout temps.

«Malheureusement, un bris majeur sur l’appareil de radiographie (rayons X) a perturbé temporairement les services. Il s’agit d’une situation unique et rarissime qui n’était encore jamais survenue dans cette collectivité. Une fois la pièce défectueuse remplacée, l’appareil était de nouveau pleinement fonctionnel», assure le PDG de Vitalité Gilles Lanteigne.

«Le Réseau de santé Vitalité s’excuse sincèrement auprès de la jeune maman de même qu’auprès de la population du Restigouche pour tous les inconvénients occasionnés par cet événement», souligne un communiqué.

L’histoire a fait réagir bon nombre de citoyens de Saint-Quentin qui estiment que les services de leur hôpital souffrent du manque de moyens depuis plusieurs années.

Gilles Lanteigne est d’avis que certains messages «alarmistes» sont véhiculés dans les médias.

«Il y a beaucoup de propos qui inquiètent la population, nous on veut les rassurer et travailler avec eux», dit-il. «On est sur le point de mettre sur pied un comité représentatif des communautés de Saint-Quentin, Kedgwick, Kedgwick River pour discuter avec elles des changements et de comment ont peut le faire de façon harmonieuse.»

Il ajoute que les prises de sang peuvent être effectuées 24h sur 24, 7 jours sur 7 dans l’établissement. Or aucun technicien de laboratoire ne travaille en soirée ou les fins de semaine.

Dans environ 60% des cas, l’analyse est tout de même réalisée sur place grâce à un appareil appelé i-STAT. Le reste du temps, l’échantillon est envoyé par taxi à Edmundston pour être étudié par le laboratoire de l’hôpital régional.

«L’important c’est que les résultats soient donnés au médecin en un temps approprié, estime Gilles Lanteigne. Les analyses hors laboratoire, c’est nécessaire pour nous parce qu’il n’y a plus de techniciens, il y a une pénurie de main-d’oeuvre importante.»

Cette mise au point du Réseau de santé Vitalité est toutefois loin de convaincre la maire de Saint-Quentin, Nicole Somers. Au fait du bris majeur sur l’appareil radiographique, elle concède qu’il s’agit là d’un malheureux concours de circonstances, un imprévu auquel le réseau ne pouvait s’attendre.

Toutefois, elle ajoute d’un même trait que Vitalité embelli à son avantage la question des prélèvements sanguins puisqu’il n’y a plus de technicienne en laboratoire 24h sur 24, 7 jours sur 7, à Saint-Quentin.

«En soirée, les échantillons sont envoyés en taxi à l’hôpital d’Edmundston. C’est donc très long avant d’avoir des résultats et ça, le réseau le sait très bien quoiqu’il en dise», exprime Mme Somers, précisant qu’il s’agit d’une situation qui persiste depuis un bon moment déjà.

Celle-ci poursuit en se disant peinée pour la jeune famille éprouvée par les récents événements.

«C’est triste que ça prenne quelque chose de malheureux comme ça pour démontrer à quel point il y a des lacunes dans notre système de soins de santé au Restigouche-Ouest. On voit à quel point nos demandes des derniers mois ne sont en rien extravagantes. Au contraire, elles sont plus pertinentes que jamais. C’est clair plus que jamais qu’il faut améliorer les services offerts à notre hôpital», soutient-elle.

– Avec la collaboration du journaliste Jean-François Boisvert