Le ministre Serge Rousselle ne sera pas candidat aux prochaines élections

Les jours de Serge Rousselle en politique provinciale sont comptés.

Le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux a annoncé, mercredi, qu’il ne serait pas candidat à sa réélection en septembre.

Le député de Tracadie-Sheila mettra un terme à sa carrière politique après un seul mandat afin de prioriser l’équilibre travail-famille.

«J’aimais beaucoup ce que je faisais et j’ai donné le meilleur de moi-même, mais on oublie souvent les gens qui partagent nos vies et qui doivent vivre les conséquences de ces décisions-là», a-t-il dit en versant quelques larmes lors d’un point de presse à l’Assemblée législative.

«C’est très exigeant. Les fins de semaine c’était très important pour moi d’être très présent dans ma communauté. Mon conjoint ne trouvait pas ça extrêmement facile.»

«C’est vraiment une décision personnelle. Si j’ai le coeur gros, c’est parce que je ne trouve pas la décision facile à prendre.»

Serge Rousselle a assuré qu’aucun désaccord de nature politique avec le premier ministre Brian Gallant ou ses collègues du cabinet n’avait motivé sa décision.

«Je suis fier du travail que nous faisons. Vous pouvez être certain que je vais travailler fort pour que ce gouvernement soit réélu en septembre.»

M. Rousselle a indiqué qu’il demeurerait député jusqu’aux prochaines élections. Il a cependant préféré laisser le soin au premier ministre d’annoncer s’il restera au cabinet d’ici là.

Sur sa page Facebook, Brian Gallant s’est dit «attristé» par la décision de son ministre.

«Serge Rousselle a été un ministre efficace, un député fantastique et un grand ami. Il va nous manquer.»

Une porte-parole du bureau du premier ministre a indiqué que M. Gallant n’avait pas encore pris de décision concernant la place de M. Rousselle au sein du conseil des ministres.

Serge Rousselle est le quatrième ministre du gouvernement Gallant à annoncer qu’il ne sera pas candidat aux élections des six derniers mois.

Lorsque les ministres Victor Boudreau, Donald Arseneault et Ed Doherty ont dévoilé en septembre qu’ils ne solliciteraient pas de nouveau mandat, Brian Gallant en a profité pour les exclure du cabinet et promouvoir trois députés d’arrière-ban.

Le président de l’Association libérale de Tracadie-Sheila, Linus Robichaud, a confié être «surpris» et «déçu» par la décision que lui a communiquée son député, mercredi après-midi.

«On vient de perdre une personne assez compétente. C’était une personne dévouée qui adorait la politique. C’était quelqu’un qui connaissait vraiment ses dossiers. C’est aussi un gros morceau (qui s’en va) pour le Parti libéral.»

Le directeur de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Frédérick Dion, a indiqué sur Twitter que le monde municipal venait de perdre «l’un de ses plus précieux alliés».

«Serge Rousselle a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance des municipalités comme palier de gouvernement», a-t-il écrit.

M. Rousselle a été élu pour la première fois en 2014 après trois tentatives infructueuses, dont une au fédéral. Il avait alors remporté deux fois plus de voix que le député progressiste-conservateur sortant, Claude Landry.

M. Rousselle est également procureur général de la province. Il a aussi occupé le poste de ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance de 2014 à 2016.

Avant d’être élu, il était professeur de droit constitutionnel et linguistique à l’Université de Moncton. Il a également été doyen de la Faculté de droit.

M. Rousselle compte d’ailleurs travailler à nouveau dans le domaine du droit après les élections et n’écarte pas un retour à l’enseignement.

Serge Rousselle avait tenté sans succès en 2011 d’accéder au vice-rectorat de l’Université de Moncton.

Interrogé mercredi sur la possibilité de succéder à l’ex-recteur Raymond Théberge qui a quitté son poste récemment, Serge Rousselle s’est contenté de vanter les mérites du recteur par intérim actuel, Jacques Paul Couturier.

«Je ne sais pas s’il est intéressé (par le poste), mais je pense bien qu’il ferait un excellent travail pour continuer.»

Le scrutin provincial est prévu le 24 septembre.