Les Néo-Brunswickois sont de plus en plus endettés

La dette moyenne des gens du Nouveau-Brunswick a augmenté de 2,1% en un an. Une mauvaise nouvelle pour les experts, qui craignent les répercussions d’une augmentation des taux d’intérêt sur l’endettement des ménages de la province.

La dette moyenne des habitants du Nouveau-Brunswick culminait à 23 412$ par personne au quatrième trimestre 2017, selon les données de la société d’évaluation de cote de crédit Equifax publiées lundi. Ce niveau d’endettement, le cinquième plus mauvais du Canada, est supérieur à la moyenne moyenne nationale, qui atteint de 22 837$.

Bien que le niveau d’endettement augmente moins rapidement au Nouveau-Brunswick qu’au niveau national – la dette moyenne par habitant au quatrième trimestre 2017 a augmenté de 2,1 points de pourcentages au Nouveau-Brunswick en un an, contre 3,3 points pour le Canada – les spécialistes s’inquiètent des perspectives futures.

«Avec les conditions qui se dessinent dans un futur proche, avec l’annonce faite par la FED (réserve fédérale des États-Unis) aux États-Unis de l’augmentation des taux d’intérêt à trois ou quatre reprises cette année, le Canada risque de suivre ces augmentations de taux d’intérêt», explique le professeur de compatibilité à l’Université de Moncton, Mohamed Zaher Bouaziz.

Le professeur de comptabilité à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston, Jean-François Saucier, note d’ailleurs que la Banque du Canada a en effet augmenté son taux directeur à plusieurs reprises au cours des derniers mois. Après une série de hausses, le taux directeur de la Banque du Canada est passé de 0,5% en juillet 2017 à 1,25 aujourd’hui.

Ces augmentations, si elles restent relativement modérées pour le moment, pourraient avoir d’importantes répercussions sur les ménages de la province. Entre autres, l’accès au crédit pourrait devenir plus difficile, et les personnes les plus endettées seraient fragilisées. “Un resserrement des conditions de crédit alors que leur condition est déjà précaire, ça ne peut qu’aggraver leur situation”, explique M. Bouaziz.

«Les gens qui sont déjà endettés, une augmentation de la dette va leur mettre encore plus de pression. Ils vont consacrer une plus grosse part de leur budget pour rembourser le prêt, et moins pour les besoins de base. Ils vont chercher le budget ailleurs pour garder la maison, pour garder les automobiles», indique également M. Saucier.

Au nouveau Brunswick, selon les spécialistes, la hausse du niveau d’endettement serait particulièrement pénible, puisque les ménages de la province disposent du revenu médian le plus faible du pays.

«Des salaires bas impliquent un plus grand recours à l’endettement. Sur le long terme, on ne peut pas dépenser plus qu’on gagne, mais à court terme oui, et on compense le manque de salaire par l’endettement», explique Mohamed Zaher Bouaziz.

La hausse de l’endettement  pourrait mener à une augmentation du nombre de personnes mises dans l’incapacité de respecter leurs obligations – le Nouveau-Brunswick présente déjà le second taux de délinquance financière aux 90 jours le plus élevé du pays derrière la Nouvelle-Écosse – et une augmentation des faillites.

Si les personnes les plus vulnérables à l’augmentation des taux d’intérêt sont dans l’immédiat celles ayant recours à un emprunt à taux variable, Jean-François Saucier explique que les contribuables qui ont opté pour un emprunt à taux fixe ne sont cependant pas à l’abri d’une augmentation des tarifs.

«Si les gens ont une hypothèque à taux fixe pendant cinq ans, le même taux va s’appliquer pendant cette durée, mais au renouvellement, il va y avoir une augmentation.»

La province dont la dette moyenne par personne est la plus élevée est l’Alberta, avec un montant qui culmine à 28 342$. Le Manitoba, avec une moyenne de 18 657$, présente le niveau d’endettement le plus faible.

Au niveau national, la dette de l’ensemble des consommateurs canadiens s’élevait à 1 821 milliards $ au quatrième trimestre 2017. À titre de comparaison, un an plus tôt, les consommateurs dans leur ensemble devaient 1,718 milliards $.