Atholville veut devenir une communauté plus dynamique pour ses familles et ses aînés

Comme plusieurs autres villes et villages du Nouveau-Brunswick, la municipalité d’Atholville cherche la recette qui lui permettra de conserver et mêm de faire croître sa population. Et pour le conseil de l’endroit, une partie des ingrédients se trouve dans l’amélioration de son offre de services auprès des familles et des aînés.

À cet effet, la municipalité restigouchoise de 3850 habitants vient de se doter d’une nouvelle politique de la famille et des aînés, un outil qui, espère-t-on, saura apporter une vie communautaire plus riche qu’elle ne l’est actuellement.

«On veut être une communauté active et rayonnante, où les gens s’impliquent. C’est bien beau avoir des entreprises et des commerces, mais on veut aussi une population dynamique qui est fière de sa municipalité», exprime le maire, Michel Soucy.

Selon lui, pour évoluer et se démarquer, les municipalités doivent désormais oser davantage et aller au-delà de l’offre conventionnelle de services (eau, égout, route, etc.).

C’est dans cette optique que le conseil a commandé le document qui a mené à la conception de la politique sur la famille et les aînées.

Cet outil vise à guider le conseil municipal dans ses prises de décisions futures en lien avec le développement des services et activités offerts aux aînés et aux familles. Il comprend, entre autres, une liste de priorités auxquelles le conseil devrait s’attarder à court, moyen et long terme.

On parle, par exemple, de mesure pour accentuer le bénévolat et sa relève, de mettre en place des camps d’été, de proposer de l’animation extérieure (soirées musicales), d’améliorer le réseau de sentiers et de pistes cyclables, de l’asphaltage d’accotements (dans les DSL), etc.

«Cette liste identifie des points importants où travailler et entreprendre des actions afin que nos familles et nos aînés se sentent encore mieux dans notre communauté. Ça ne veut pas dire qu’on sera en mesure de tout remplir, mais on va définitivement se baser sur ce document», indique M. Soucy, précisant que certains éléments seront attaqués dès cette année par le conseil.

Comme son nom l’indique, la politique ne s’est pas uniquement attardée sur l’aspect de la famille, mais également sur celui bien spécifique des aînés. Car la municipalité, à l’image de ses consœurs du nord, est vieillissante.

Selon les données présentées, au-delà de la moitié de la population (2085 personnes) a plus de 50 ans. Et de ce nombre, 750 ont plus de 65 ans. Seulement 575 personnes ont 19 ans ou moins.

«On se doit absolument d’impliquer nos aînés dans notre projet de société, parce qu’ils sont nombreux oui, mais surtout parce qu’ils ont énormément à offrir. Ils ont les connaissances et l’expérience», estime le maire.

Si la municipalité veut à long terme accroître sa base de population, celle-ci n’a pas encore inclus dans ce document d’incitatifs (financiers ou autres) destinés à attirer de nouvelles familles et de nouveaux résidents sur son territoire. Cela dit, elle planche sur la question.

«C’est la prochaine. Nous devrions être en mesure de présenter cette politique d’ici quelques semaines», précise M. Soucy.