Une première clinique de sages-femmes au Nouveau-Brunswick

Les employées de la première clinique de sages-femmes de la province ont procédé à l’inauguration de leurs nouveaux locaux, jeudi, à Fredericton.

Les femmes enceintes de la région de la capitale provinciale peuvent dorénavant être accompagnées gratuitement pendant et après leur grossesse par l’une des trois sages-femmes de la clinique.

L’établissement fait partie du Réseau de santé Horizon et ses services sont couverts par l’Assurance-maladie.

Si l’expérience de Fredericton s’avère concluante, le ministère de la Santé pourrait étendre l’initiative dans d’autres régions de la province.

La profession de sages-femmes est reconnue officiellement au Nouveau-Brunswick depuis 2010. Ce n’est cependant que depuis la fin de l’an dernier que leur pratique a commencé à être progressivement intégrée au système public de santé.

«Ce fut pour nous un long parcours au Nouveau-Brunswick avant d’avoir une première pratique de sage-femme en milieu communautaire, mais notre expérience depuis a été tout simplement incroyable», a déclaré la sage-femme Kate LeBlanc lors de l’ouverture officielle de la clinique.

Depuis le mois de novembre, les sages-femmes ont participé à 15 accouchements, dont 4 naissances à domicile.

«Nous sommes très optimistes vis-à-vis l’avenir du programme au Nouveau-Brunswick», a dit Mme LeBlanc.

Si l’optimisme des sages-femmes de Fredericton s’avère fondé, le reste de la province pourrait aussi en bénéficier, a laissé entendre le ministre de la Santé, Benoît Bourque.

«C’est mon souhait personnel de voir que cette initiative-là pourrait être étendue ailleurs dans la province», a-t-il mentionné sans toutefois en faire un engagement formel de son gouvernement.

La province veut notamment analyser le fonctionnement de la clinique de Fredericton avant de prendre une décision concernant l’avenir du programme dans d’autres régions.

«Je ne peux pas vous dire quand, mais jusqu’à présent les statistiques et les commentaires démontrent que c’est un succès et c’est un succès que l’on voudrait dupliquer ailleurs dans la province.»

Le ministre Bourque possède d’ailleurs une connexion personnelle avec le métier de sage-femme puisque sa mère a été formée dans le domaine en Angleterre à la fin des années 1960.

«Elle n’a jamais pu pratiquer la profession de sage-femme, du moins officiellement. J’espère qu’elle est aussi fière que moi que l’on puisse mettre de l’avant ce programme au Nouveau-Brunswick.»

Les sages-femmes de Fredericton ont emménagé dans leurs nouveaux locaux la semaine dernière. Elles travaillaient temporairement dans le Centre de santé communautaire du centre-ville de Fredericton depuis le mois de novembre.

Une quatrième sage-femme est sur le point de s’ajouter à leur équipe.

En plus de l’accompagnement durant et après la grossesse, les sages-femmes peuvent prescrire des tests courants et des analyses en laboratoire ainsi que certains médicaments.

Les femmes enceintes de la région de Fredericton qui souhaitent profiter des services d’une sage-femme peuvent s’adresser directement à la clinique sans passer d’abord par un médecin ou une infirmière-praticienne.