Mort d’une enseignante: Paquetville sous le choc

La communauté de Paquetville est en deuil. En fin de semaine, Betty Lainey, une enseignante bien aimée par tous à l’École communautaire Terre-des-Jeunes, a perdu la vie subitement à la suite d’un malaise.

Mme Lainey, qui demeurait à Bertrand, enseignait la 6e année. L’établissement scolaire était fermé lundi afin d’offrir des services de soutien au personnel, incluant les conducteurs d’autobus. Ils ont aussi été guidés sur la façon d’accueillir les élèves mardi matin.

«Des services seront offerts à nos élèves tout au long de la semaine», dit Annie LeBlanc-Lévesque, coordinatrice des relations stratégiques au District scolaire francophone Nord-Est.

Un message a été publié sur la page Facebook de l’école. Plusieurs ont laissé un message pour offrir leurs condoléances.

Le maire de Paquetville, Luc Robichaud, connaissait bien Mme Lainey. Avant de devenir directeur du Club plein air de Caraquet, il travaillait chez 2M Distribution de Caraquet, une entreprise appartenant à Betty Lainey et à son conjoint, Mathieu Mailhot. Avec le temps, ils sont devenus de proches amis.

«Elle a grandi dans la communauté, je la connais depuis longtemps. Elle vient d’une famille connue. C’est d’ailleurs elle qui m’a encouragé à me présenter comme maire. Je lui avais dit que j’y pensais et que de gens avaient suggérés que je me lance dans la course. C’est elle qui a un peu été le déclic qui a fait que j’ai pris la décision de me présenter.»

Le maire Robichaud a aussi pleinement confiance que le personnel de l’établissement sera là pour épauler les élèves dans ces circonstances difficiles.

«Je sais que le personnel est exceptionnel et dévoué envers les élèves.»

De son côté, Pierre Lavoie, directeur du District scolaire francophone Nord-Est, qualifie Mme Lainey d’une enseignante hors du commun.

«Elle a très certainement laissé sa trace dans le coeur des jeunes qui sont passés dans sa classe ou même chez ceux et celles qui l’auront croisée lors de leur parcours scolaire. C’était une femme de conviction et une grande pédagogue. Elle va beaucoup nous manquer. Toutes nos pensées se tournent vers sa famille en ces moments difficiles.»

La directrice de l’école Terre-des-Jeunes, Mélanie Gagnon, nous a livré un témoignage touchant.

«C’est tout un héritage qu’elle nous laisse. Toujours de bonne humeur, bien intentionnée, créative, généreuse de sa personne, bienveillante et étant capable de s’émerveiller devant tout. Ses apprentissages reflétaient avec rigueur ses programmes certes, mais c’était tellement plus que cela. C’était d’abord et avant tout le savoir-vivre, la considération de l’autre, les valeurs qui permettaient aux enfants de devenir grands dans tous les sens du mot. Mme Betty, c’est celle qui ramenait l’humain avant tout et qui veillait à ce que le cœur, l’estime de soi et l’intégrité des enfants ne soient pas brimés.»

«Mme Betty, c’était celle qui croyait en nous plus que nous-mêmes, celle qui nous faisait sentir que tout ce que l’on faisait était exceptionnel ou extraordinaire comme elle aimait si bien le dire. Les enfants l’auraient suivi jusqu’au bout du monde juste parce que c’était elle.»

Le décès de Betty Lainey survient six ans après la mort subite de sa sœur Nancy Lainey-Thériault, qui était alors directrice de l’école Terre-des-Jeunes, et qui avait été mairesse de Paquetville de 1998 à 2004. Un fonds portant son nom a été créé en 2014 pour appuyer des projets destinés au développement et à l’épanouissement des jeunes de la région de Paquetville.