Bientôt possible de savoir avec un téléphone intelligent quand votre rue sera déneigée

Le gouvernement provincial entame un important virage numérique. D’ici cinq ans, il sera possible de suivre le trajet de l’autobus scolaire de votre enfant en temps réel et de prendre rendez-vous avec votre médecin en utilisant votre téléphone intelligent.

Le président du Conseil du Trésor, Roger Melanson, a dévoilé une nouvelle stratégie numérique pour la province, vendredi matin, à Moncton.

Cette stratégie mènera à une réorganisation complète des services gouvernementaux de la province et se fera sur une période de cinq ans.

«Ça va réduire les coûts. Nous allons être beaucoup plus efficients et plus efficaces dans les services que nous offrons pour rediriger cet argent dans les services beaucoup plus essentiels en matière de santé, en croissance économique et certainement en éducation», a précisé M. Melanson.

La réorganisation des services gouvernementaux devrait permettre une meilleure communication entre les agences, ministères et réseaux de la santé, entre autres. Elle devrait aussi permettre aux Néo-Brunswickois d’accéder plus rapidement aux programmes et services provinciaux par internet.

«À titre d’exemple, dans un Nouveau-Brunswick numérique, vous serez en mesure de vous réveiller un matin de tempête de neige et vérifier sur votre téléphone intelligent pour savoir quand votre rue sera déneigée», illustre le ministre.

En Finlande, une carte d’identité numérique est à l’essai depuis quelques mois. Cette carte est accessible grâce à une application sur téléphone intelligent et sert aussi de permis de conduire. Elle est sécurisée grâce à des animations automatiquement générées en filigrane. Le Nouveau-Brunswick envisage aussi une pièce d’identité numérique qui pourrait un jour remplacer jusqu’à trois cartes dans votre porte-feuille.

«Imaginez avoir une seule pièce d’identification numérique. Il n’y aura plus de carte pour le permis de conduire, l’assurance-maladie ou de papier pour les permis de chasse et pêche. Seulement, une pièce d’identification numérique».

Le président du Conseil du Trésor assure que des fonds ont été prévus dans le plan financier du gouvernement provincial pour entamer ce virage numérique. Le budget n’est cependant pas révélé pour le moment puisque Fredericton ira en processus d’appel d’offres pour cette réorganisation majeure des services.

Encore du papier

Le papier et les cartes de plastique ne disparaîtront pas immédiatement. Durant la période de transition, les gens pourront accéder aux services comme ils le font aujourd’hui. Cette période de transition devrait aussi éviter un fiasco comme l’a été le service de paie Phénix pour le gouvernement fédéral.

«C’est un plan de cinq ans. Alors, il va avoir une transition. On n’élimine pas le modèle qu’il y a aujourd’hui pour avoir ces services-là. C’est un développement en parallèle. Les gens du Nouveau-Brunswick pourront continuer à recevoir les services comme ils les reçoivent aujourd’hui, mais on développe la plateforme numérique pour qu’ils puissent l’utiliser avec les technologies d’aujourd’hui», a expliqué M. Melanson.

Même si 87% des Canadiens ont accès à une connexion large bande au Canada, certaines régions du Nouveau-Brunswick n’ont pas encore accès à internet haute vitesse ou sinon elle est 50% moins rapide selon des données de l’Autorité canadienne pour les enregistrements internet.

«Donner accès à internet haute vitesse dans nos régions est une priorité pour nous. On souhaite qu’un jour se rendre là. Il ne faut pas oublier que cette stratégie est sur cinq ans. Alors, il va avoir une période transitoire. Il va avoir une période d’adaptation. Une chose est claire. Les gens aujourd’hui utilisent déjà les outils numériques pour plein de services qui sont non gouvernementaux. Alors nous, on veut adopter cette technologie pour offrir nos services», a conclu M. Melanson.

Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement provincial compte aussi établir des partenariats avec les secteurs privé et universitaire pour que l’ensemble du réseau et les données des citoyens soient sécurisés.