Un coup de pouce supplémentaire de 500 millions $

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a dernièrement fait la promotion du Plan d’action pour les langues officielles, à Moncton. Même si elle n’avait pas de nouveaux détails à dévoiler, elle a tout de même profité de l’occasion afin de vanter les mérites de l’initiative fédérale.

La presse et les organismes communautaires acadiens avaient été conviés au Centre culturel Aberdeen pour une allocution de Mme Petitpas Taylor.

La ministre, qui est aussi la députée de Moncton-Riverview-Dieppe, a alors salué la décision d’Ottawa, rendue publique le mois dernier, d’investir 500 millions $ supplémentaires dans le Plan d’action pour les langues officielles.

«Ce plan propose une nouvelle aide financière et des mesures précises pour favoriser la vitalité des communautés des langues officielles en situation minoritaire, et la promotion du français et de l’anglais d’un océan à l’autre. (…) Il y aura un effet structurant pour la communauté acadienne et francophone au Nouveau-Brunswick», a déclaré la ministre.

Elle a rappelé qu’au total, ce sont 2,7 milliards $ qui seront investis par le gouvernement fédéral d’ici 2023 pour un meilleur accès à des services en français, la promotion du bilinguisme et le renforcement des communautés.

Un investissement qui profitera directement aux organismes et aux associations communautaires de l’Acadie, dont le budget de fonctionnement sera augmenté.
La présidente de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, Sue Duguay, salue cet appui aux organismes acadiens.

«C’est une condition nécessaire pour assurer le dynamisme de nos communautés», indique-t-elle.

Selon les déclarations de la ministre, le Plan d’action pour les langues officielles permettra également d’encourager l’immigration francophone dans la province, de recruter de nouveaux enseignants pour les écoles francophones et de former des éducateurs de la petite enfance.

Pour le moment, on ignore quel montant du plan fédéral qui sera alloué à la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Les détails sur la répartition des investissements dans la province seront rendus publics dans les prochaines semaines.