Homard: fébrilité sur les quais de Néguac et Baie-Sainte-Anne

Deux jours après leurs homologues des sous-zones 23 A, B et C, les pêcheurs de homard de la sous-zone 23 D, qui comprend notamment les ports de Néguac, de Baie-Sainte-Anne et d’Escuminac, ont enfin pu prendre la mer tôt mardi matin.

En raison de la présence des glaces dans le golfe du Saint-Laurent, la semaine dernière, Pêches et Océans Canada a annoncé deux dates d’ouverture pour la pêche. La saison dans les sous-zones 23 A, B et C a été lancée dimanche à 10h. Ces trois sous-zones s’étendent de Dalhousie jusqu’à Tabusintac.

À Néguac, une quarantaine d’embarcations ont gagné le large lors du coup d’envoi de la saison à 6h.

Jean Savoie et son fils Sébastien se sont levés très tôt mardi pour pêcher du hareng, un appât communément utilisé par les pêcheurs de homard. Cette sortie initiale n’a pas été trop fructueuse, mais M. Savoie a de plus grandes attentes en ce qui concerne la pêche au homard. Il entame l’année avec une grande fébrilité.

«On espère qu’il y aura beaucoup de homard! Si c’est comme l’an dernier, ça devrait être bon. On a entendu dire que les prix ont peut-être baissé, mais j’espère qu’ils seront bons», a-t-il lancé.

De lents débuts

Après deux jours de pêche dans les sous-zones 23 A, B et C, le homard s’est montré timide jusqu’à maintenant.

«Les prises ne sont pas fameuses parce que l’eau est froide. Ça va prendre quelques jours avant que ça augmente. On est peut-être retardé d’une semaine ou deux. D’après moi, les prises ne seront pas bonnes avant la semaine prochaine», dit Réjean Comeau, un pêcheur de Val-Comeau et président de la section locale de l’Union des Pêcheurs des Maritimes.

Le pêcheur d’expérience a toutefois confiance que la situation va s’améliorer.

«L’eau va se réchauffer et les prises vont rebondir. Là, on pêche et quelques trappes contiennent du homard, puis d’autres non. Le fond de l’eau n’est pas égal. Le homard ne bouge pas.»

Yves Blanchard, un pêcheur de Bas-Caraquet, formule un constat semblable.

«C’est à la baisse en comparaison à l’an dernier. L’an dernier, au début, c’était mieux que ça. L’eau est à 1 degré. Ce n’est vraiment pas chaud pour ce temps-ci. Il me semble que ça prend au moins huit degrés pour que les prises soient bonnes.»

Prix:trop tôt

Bien que la question du prix soit sur toutes les lèvres, il est encore trop tôt pour connaître le montant qui sera accordé aux pêcheurs, explique Nat Richard, directeur des affaires corporatives chez Westmorland Fisheries, à Cap-Pelé.

«Les seules informations disponibles au début de la semaine ont le statut de rumeur.»

Avec la collaboration du journaliste Jean-Marc Doiron