Grand-Sault: un pas de plus vers un parc industriel régional

Si les maires de la région de Grand-Sault s’entendent à l’unisson à l’idée d’aménager un parc industriel régional, celle touchant le regroupement du village de Drummond, de la Communauté rurale de Saint-André, de Saint-Léonard et de la ville de Grand-Sault est loin d’être chose faite.

C’est ce qui ressort principalement du traditionnel Souper des maires, qui s’est récemment tenu à Grand-Sault.

L’évènement annuel, organisé par La Chambre de commerce de la Vallée, permet aux maires de la région de dresser un bilan des réalisations de l’année précédente et des projets nécessaires afin de favoriser le développement économique et communautaire des différentes collectivités.

Devant un public principalement composé de gens d’affaires ainsi que d’élus et de gestionnaires municipaux, les maires de la région de la Vallée ont tous convenu de la nécessité d’aménager un nouveau parc industriel et de renforcer la collaboration entre les quatre municipalités voisines.

S’il voit le jour prochainement, comme le souhaitent ardemment les élus, le parc industriel serait vraisemblablement aménagé sur des terrains qui sont situés à la hauteur de la sortie 75 de l’autoroute Transcanadienne.

Ce parc à vocation économique serait érigé aux abords de la Route 255, sur le territoire de la Communauté rurale de Saint-André.

Quelques entreprises et commerces ont déjà pignon sur rue près de l’endroit convoité, comme l’entreprise de transport G M Rioux & Fils et le commerce Irving Big Stop.

De plus, une cimenterie est actuellement en phase de construction à ce même endroit.

«Les municipalités se sont rencontrées à plusieurs reprises, le projet de parc industriel pourrait tomber en place sous peu. Ça peut se réaliser s’il y a une bonne formule pour les quatre municipalités ainsi qu’un financement et une volonté politique de la part du gouvernement», a affirmé Marcel Deschênes, le maire de Grand-Sault.

Ce dernier a également souligné que l’année 2019 sera fertile en évènements, avec la construction d’une nouvelle caserne de pompier et la tenue de la finale des Jeux de l’Acadie.

Municipalisation de la région

Le maire de Saint-Léonard, Carmel St-Amand, a quant à lui réitéré son souhait de voir une pleine municipalisation de la région et un regroupement de sa communauté avec celles de Grand-Sault, de Drummond, de Saint-André et des DSL avoisinants, ce qui pourrait mener à la création d’une municipalité régionale d’importance.

«J’y crois toujours… Si l’on veut avancer et bénéficier de revenus supplémentaires comme la taxe sur l’essence, il faut se prendre en main et aller de l’avant avec une étude de faisabilité», a plaidé le maire St-Amand.

Tout comme son homologue de Saint-Léonard, le maire de Drummond, France Roussel, est loin d’écarter l’idée de procéder à nouveau à la création d’une table de concertation ou d’un forum des maires de la région de Grand-Sault.

Selon lui, une telle initiative pourrait favoriser l’avancement de certains dossiers comme le partage de services entre les différentes communautés et une collaboration encore plus grande entre les élus municipaux.

«Nous sommes ouverts aux discussions, il y a un certain intérêt de notre part. Il serait possible de se rencontrer une fois par mois afin de discuter des principaux sujets de préoccupation, ça serait peut-être plus efficace que de se rencontrer une fois de temps en temps et de régler un seul sujet comme c’est souvent le cas», a affirmé France Roussel, tout en réitérant son appui inconditionnel à un regroupement des municipalités de la région de la Vallée.

Le maire de Saint-André promet du changement

Présent au Souper des maires de la région de Grand-Sault, le maire de Saint-André, Marcel Levesque, a insisté sur l’importance de mettre l’économie au 1er plan du développement de la communauté rurale.

«Il faut relancer l’économie, car nous vivons des années difficiles», a indiqué le maire, citant la fermeture complète d’ici une quinzaine de jours de l’usine
Dr Oetker ainsi que la perte de près de 200 emplois directs et de plusieurs autres emplois indirects.

L’aboutissement du projet de partage du service de police, du service d’aménagement et de la bibliothèque entre Grand-Sault et Saint-André est également souhaité par Marcel Levesque, qui ne se gêne pas pour critiquer le ministère de la Sécurité publique.

Selon lui, le gouvernement provincial tarderait à ratifier l’entente qui permettrait aux policiers de Grand-Sault de patrouiller dans le territoire voisin de la communauté rurale à la place de la GRC, qui assure jusqu’à maintenant la surveillance policière à Saint-André.

Marcel Levesque reconnait que sa communauté a traversé des moments difficiles en 2016 et en 2017, avec entre autres plusieurs crises au sein même du conseil municipal et de la brigade d’incendies.

La communauté a également été le théâtre de nombreuses réunions publiques houleuses.

«Saint-André a vécu des histoires difficiles, mais les choses vont changer», a clairement laissé savoir le maire.