Récréaplex de Dalhousie: prêt pour la phase II de son plan de rénovation

Le gouvernement fédéral consent finalement à partager une partie de la facture de la première phase des travaux réfections majeures du Récréaplex de Dalhousie.

Au départ frileux, le fédéral a annoncé, lundi, un montant de 230 000$ pour les rénovations, une somme fort appréciée puisque c’était jusqu’ici le Récréaplex qui était coincé avec cette partie de la facture.
La province, elle, avait déjà annoncé sa participation (330 000$) plus tôt, cette année. Le Récréaplex avait toujours en banque un certain montant en banque provenant de sa Chasse à l’as, mais il ne tenait pas à tout dépenser, surtout que l’objectif de la chasse était d’assurer une certaine pérennité à l’établissement.

«Cette somme va libérer de l’argent que nous pourrons investir ailleurs dans la bâtisse, voir même sur la seconde phase du projet», exprime le maire de Dalhousie, Normand Pelletier.

Le projet de réfection du Récréaplex est colossal pour cette infrastructure sportive du Restigouche-Est. On parle ici d’un total de 1,6 million $. Le comité responsable des travaux a décidé de l’étaler en deux phases séparées.

La première – la plus pressante – comportait un changement du système d’éclairage de la piscine (vers des ampoules DEL, moins énergivores) et l’installation d’un système de déshumidification (Dectron). En plus de rendre l’air moins humide, il récupère une partie de la chaleur et on s’en sert pour chauffer la piscine. À lui seul, ce système doit éventuellement faire baisser la facture d’électricité de 30% à 40%.

Présent pour l’annonce, le député fédéral de Madawaska-Restigouche, René Arseneault, a tenu à souligner la ténacité et la persévérance de l’équipe du Récréaplex.

«Parfois, ça peut être décourageant de remplir la paperasse. Un projet peut prendre énormément de temps à faire son chemin, mais il ne faut pas se décourager. Et on voit aujourd’hui pourquoi», a-t-il indiqué, fier d’annoncer les fonds de la part de son gouvernement.

Selon Maurice Légère, responsable du comité de rénovation, les négociations sont en cours avec les gouvernements pour ce qui est du financement de la seconde phase. Celle-ci comprend, entre autres, l’installation d’un système de géothermie qui servira à chauffer la bâtisse ainsi que l’eau des douches. Il est aussi question de changer les vitres de l’établissement.

«Les priorités de nos deux phases ont été mises sur l’économie d’énergie, car c’est la seule façon d’abaisser les coûts», explique-t-il.

Celui-ci aimerait enclencher la seconde phase rapidement, soit dès le mois de septembre. La facture tournerait aux alentours des 900 000$.

Des fonds pour les radios

Outre le Récréaplex, le député fédéral René Arseneault avait deux autres annonces d’injection de fonds à son agenda, lundi, pour le Restigouche, cette fois à l’intérieur des stations radiophoniques communautaires de l’endroit.

Celui-ci s’est d’abord arrêté à la station CIMS-FM Radio Restigouche pour le financement d’un projet d’amélioration des équipements de diffusion. Son gouvernement a ainsi consenti un montant de 215 692$ à la station afin qu’elle augmente la hauteur de sa tour située sur le mont Restigouche, à Pointe-à-la-Croix, en Gaspésie.

Le député s’est ensuite arrêté à la station CFJU-FM Route 17 qui dessert le Restigouche-Ouest. L’investissement cette fois est de l’ordre de 63 640$ et servira à moderniser les équipements du studio de diffusion.