Ichiboshi mettra à pied plusieurs dizaines d’employés à Caraquet

Le syndicat de l’usine de transformation de crabes Ichiboshi, à Caraquet, avance qu’une cinquantaine d’employés perdront leur emploi.

Les faibles prises de crabe des neiges obligent la direction à réduire ses effectifs, affirme Jean-Maurice Leclair, président de la section locale du syndicat.

«L’usine avait embauché parce qu’elle s’attendait à une saison courte et occupée, mais les débarquements ne sont pas là», lance-t-il.

«L’usine ne peut pas se permettre de garder tout ce monde avec le peu de crabe qu’on reçoit.»

La direction devrait annoncer plus précisément le nombre de postes supprimés.

Mercredi dernier, une quarantaine de personnes s’étaient rassemblées près de l’usine Ichiboshi pour alerter sur le manque de travail disponible dans l’industrie. Les faibles débarquements de crabe des neiges ont un impact direct sur les travailleurs qui espèrent cumuler suffisamment d’heures pour bénéficier de l’assurance-emploi.

Depuis le début de la saison, les usines de transformation ne tournent pas à leur pleine capacité, notamment en raison de la fermeture d’une zone de 1960 milles nautique carrés dans la zone 12 du golfe du Saint-Laurent.

Plusieurs crabiers préfèrent débarquer leur crabe sur les quais des Îles de la Madeleine, plus proches de la zone de pêche accessible.

«Le monde travaille peu, toutes les usines de la Péninsule ont de la misère», déplore Jean-Maurice Leclair.

L’Acadie Nouvelle tente toujours d’obtenir des commentaires de la direction de l’usine.