Tracadie: Colette Thomas vise un retour en politique municipale

Ancienne conseillère municipale pendant trois ans de 1998 à 2001, Colette Thomas se présentera à l’élection partielle de novembre pour combler le siège vacant du quartier 7.

Si la date exacte de l’élection reste à déterminer, Mme Thomas ne perd pas de temps et entamera sa campagne sous peu. Elle vise à succéder à Denis McLaughlin qui a démissionné plus tôt ce mois-ci, en raison du climat conflictuel.

«J’aime la vision de la municipalité et le plan de restructuration qui est en train d’être mis en place, a-t-elle mentionné devant une vingtaine de supporters, dont le maire Denis Losier. C’est le changement qui m’a attiré. Le statu quo n’est pas acceptable. Il est temps pour un changement.»

Sa plateforme électorale vise non seulement à appuyer la restructuration, mais elle veut en faire plus pour la jeunesse et les femmes, également.

«La vieille méthode ne fonctionne plus. Notre population a changé et leur besoin aussi. Nous devons trouver une façon d’impliquer les jeunes. Nous nous devons de savoir ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent. Il faut les garder ici et non pas les perdre au profit de ville comme Moncton.»

Ancienne candidate aux élections provinciales de 1984, Mme Thomas cherche aussi à devenir une rassembleuse.

«C’est important l’unité, mais l’unité va être là quand chaque conseiller de DSL va se sentir écouté. J’ai eu l’idée de faire des réunions dans les DSL pour montrer aux gens comment le conseil fonctionne. On devrait aller voir les gens de Sainte-Rose ou de Pont-Landry. On doit les écouter.»

Le maire de Tracadie n’a pas caché qu’il appuyait la candidature de Mme Thomas, plaidant ses réussites et sa force de caractère.

«Elle a démontré son engagement dans la communauté tout au long de sa carrière. Elle peut apporter beaucoup d’expérience au conseil, raconte M. Losier. C’est une femme déterminée, engagée et passionnée.»

Durant son mandat 20 ans passé, Mme Thomas a notamment été membre du comité des transports et des services publics.