Après des mois d’attente, il y a du nouveau dans l’affaire Brady Francis. Le dossier d’enquête est entre les mains des procureurs de la Couronne, qui évaluent présentement la possibilité de déposer des accusations.

La Gendarmerie royale du Canada a récemment remis les résultats de son enquête sur le décès tragique de ce jeune homme de la Première nation d’Elsipogtog au Service des poursuites publiques.

L’Acadie Nouvelle a confirmé l’information (d’abord rapportée par le quotidien anglophone Times & Transcript) auprès du directeur du Service, Luc Labonté, par courriel. Il affirme que «le dossier est sous révision.»

La porte-parole de la GRC, la caporale Jullie Rogers-Marsh, confirme elle aussi que le dossier a été remis aux procureurs, qui vont «déterminer s’il y a des accusations qui vont être déposées».

Lorsqu’on lui demande en entrevue téléphonique si cela signifie que l’enquête est terminée et que le dossier est clos aux yeux de la GRC, elle répond que ce n’est «pas du tout» le cas.

Elle dit ignorer combien de temps il faudra attendre avant de savoir si une ou plusieurs personnes seront accusées en lien avec ce délit de fuite mortel.

Le décès de Brady Francis en bref

Brady Francis a été happé par un véhicule le 24 février alors qu’il se trouvait à pied en bordure du chemin Saint-Charles-Sud, près de Richibucto. Il était âgé de 22 ans.

Le conducteur a quitté la scène sans prêter secours à la victime, qui a succombé à ses blessures. prêter secours et la victime a succombé à ses blessures sur les lieux du drame.

Une camionnette a été saisie le lendemain par la GRC et a par la suite été rendue à son propriétaire. Au cours des semaines suivantes, la GRC a demandé à toute personne ayant vu le véhicule en question dans la région de Richibucto, le 24 février, de lui faire signe.

Le 15 mars, une personne a été arrêtée, selon la caporale Rogers-Marsh. Elle a par la suite retrouvé sa liberté sans être accusée.

«C’était dans le cadre de l’enquête. Une personne a été interrogée et a ensuite été libérée. Nos enquêteurs croyaient que la personne avait de l’information pouvant faire avancer l’enquête.»

Au cours des semaines qui ont suivi le décès de Brady Francis, de nombreux membres de la communauté autochtone d’Elsipogtog ont fait part de leur frustration face à lenteur de l’enquête et ont exprimé le souhait que le conducteur de la camionnette passe aux aveux.

Une manifestation pacifique a eu lieu devant l’hôtel de ville de Moncton, le 7 avril, afin de réclamer justice pour Brady Francis. Près de 250 personnes y ont participé.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle