Shippagan-Lamèque-Miscou: Robert Gauvin confirmé pour les conservateurs

Wilfred Roussel, du parti libéral, n’est plus le seul candidat à viser la circonscription de Shippagan-Lamèque-Miscou en vue des prochaines élections provinciales. L’artiste multidisciplinaire Robert Gauvin se lance dans la course. Il a été officiellement désigné, dimanche, par le parti conservateur.

Son investiture s’est déroulée à Shippagan, en présence du chef Blaine Higgs que ses partisans présentent comme étant «le futur premier ministre du Nouveau-Brunswick».

M. Higgs a profité de la tribune pour rappeler les axes de la politique qu’il souhaite mettre en place s’il est élu en septembre. L’économie y occupera une place prépondérante. Son but: «construire une province prospère». En clair, réussir là où le premier ministre en poste a échoué, selon lui.

«Brian Gallant n’a rien amélioré. Arrêtons de faire de la politique et réparons le Nouveau-Brunswick. Nous serons différents du gouvernement actuel, car nous aurons le courage de faire les changements nécessaires pour notre province.»

Le chef des conservateurs a également souligné combien sa position sur le bilinguisme avait évolué. Il assure en avoir compris l’importance et entend en être un défenseur. Pour preuve, il s’est exprimé dans les deux langues.

Robert Gauvin s’inscrit dans les lignes directrices du parti. Originaire de Shippagan, il a à cœur de bien représenter sa région et garantit avoir conscience de la responsabilité que la fonction de député suggère.

«J’embarque dans la politique pour avoir des résultats. Je ne suis pas ici pour me placer.»

Il promet de se battre pour obtenir un nouveau pont reliant Shippagan à l’île Lamèque. Il œuvrera pour la création d’emplois et pour la mise en place de solutions durables contre le phénomène du trou noir.

Sur cette question, le candidat s’est ouvertement positionné en faveur d’un système de 12 semaines de travail saisonnier pour 35 semaines d’assurance chômage. Avec sarcasme, il a lui aussi taclé le chef des libéraux du Nouveau-Brunswick.

«Le meilleur remède contre le trou noir, c’est d’enlever la pelle à Brian Gallant pour qu’il arrête de creuser dedans. Y a pas de lumière dans ce trou-là.»

Que ce soit sur les planches ou devant les caméras de télévision, Robert Gauvin a su amuser la galerie. Il veut désormais mettre son humour et sa gouaille au service de résidents de sa circonscription.