Une campagne pour consommer du cannabis légal de façon éclairée

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick lance une campagne de sensibilisation sur le cannabis. L’initiative, C’est moi qui décide, vise à aider les Néo-Brunswickois à prendre des décisions éclairées sur la consommation de la drogue, qui sera bientôt légale au pays.

La campagne comprend des messages sur les médias sociaux, dans les journaux, à la radio et sur les appareils mobiles. Fredericton espère diriger les utilisateurs potentiels vers son nouveau site web, encontrole.ca.

«Le cannabis sera bientôt légal et nous devons renseigner les gens du Nouveau-Brunswick, en particulier nos jeunes, au sujet des facteurs de risque et leur fournir les moyens de faire des choix», affirme le ministre de la Santé, Benoît Bourque.

Le nouveau site internet comprend une série de ressources et des informations sur les effets du pot. La première chose que l’on voit sur la page d’accueil est un avertissement: «Le cannabis sera bientôt légal au Nouveau-Brunswick, mais ça ne veut pas dire que c’est bon pour moi».

Entre autres, les concepteurs du site déconseillent la consommation de cannabis dans quatre cas. D’abord, ils avancent que le cannabis peut causer des dommages au cerveau pour les personnes âgées de 25 ans et moins. Le pot est également potentiellement néfaste pour les personnes qui souffrent d’une maladie mentale ou qui ont des antécédents familiaux de maladies mentales.

Le gouvernement provincial rappelle que les femmes enceintes ou qui allaitent ne doivent pas consommer de cannabis, car cela pourrait affecter le foetus ou la santé du nouveau-né.

De plus, il est interdit de conduire un véhicule sous l’influence du cannabis ou d’en consommer en tant que passager.

«Consommer du cannabis de façon sécuritaire»

Deux agences de la santé, soit la Société médicale du NB et l’Association des infirmières et des infirmiers du NB, ont félicité le gouvernement provincial pour son approche proactive en matière de sensibilisation.

«Le personnel infirmier est souvent le premier point de contact dans le système de santé, au niveau du soutien aux patients et à leur famille, et nous sommes heureux que ces ressources soient offertes au public afin de les aider à prendre des décisions éclairées lorsqu’il est question de consommer du cannabis de façon sécuritaire», affirme Kate Shephard, infirmière-conseil principale de la formation et de la pratique de l’association des infirmières et infirmiers.

Le cannabis devait être rendu légal au Canada le 1er juillet de cette année, mais la date de la légalisation a été repoussée. Une nouvelle date officielle n’a pas encore été établie.

La semaine dernière, le Sénat a adopté le projet de loi C-45 sur la légalisation du cannabis en y apportant 46 amendements. La majorité de ceux-ci sont mineurs, mais d’autres sollicitent un plus grand débat. C’est le cas, par exemple, à savoir si les provinces auront le droit de prohiber la production à domicile sur leur territoire.

Même si tout se déroule aussi rapidement que possible, le cannabis ne sera probablement pas légal au pays avant août ou septembre, étant donné que les provinces et les territoires prendront 8 à 12 semaines pour mettre en place leurs régimes de vente et de distribution.