Utilisation des roulottes de voyage à Caraquet: le conseil municipal divisé

L’arrêté municipal concernant les roulottes de voyage divise une fois de plus le conseil municipal de Caraquet.

Alors que le Comité des services régionaux de la Péninsule acadienne (CSRPA) recommande à la Ville de Caraquet d’assouplir ses règlements entourant les roulottes de voyage sur les terrains des résidents, le conseil ne s’entend pas sur les recommandations qu’il proposera.

L’arrêté actuel interdit aux résidents d’entreposer plus d’une roulotte de voyage sur leur terrain. Il leur est également interdit d’occuper celle-ci.

La Ville de Caraquet se dit prête à assouplir son règlement sous certaines conditions.

«Nous avons des citoyens qui nous ont approchés pour nous demander de pouvoir utiliser leur roulotte chez eux, a mentionné le maire Kevin Haché. Le conseil est prêt à modifier sa réglementation pour le permettre. Ce serait une utilisation du propriétaire seulement et elle sera restreinte.»

Les conditions sont les suivantes: la roulotte doit être en mesure de fonctionner, l’occupant doit être le propriétaire et ce dernier ne pourra le mettre en location.

De plus, la roulotte ne pourra devenir un logement ou un bâtiment accessoire à la résidence du propriétaire.

Enfin, un propriétaire pourra entreposer sa roulotte de voyage sur son terrain à condition qu’il respecte le pourcentage d’occupation de son terrain qui est prédéterminé.

«Le conseil aimerait se repositionner sur la question de l’entreposage, a poursuivi le maire de Caraquet. Ils veulent évaluer si l’ont peut permettre aux gens d’entreposer trois, quatre ou cinq roulottes sur leur terrain. Bien entendu, le terrain devra être d’une certaine dimension.»

Le conseiller municipal Jean-Guy Blanchard s’est fermement opposé à la restriction d’entreposage.

«Les gens ont le droit d’acheter une roulotte et de l’avoir chez eux. Le règlement est injuste pour les gens qui habitent dans le parc de mini-maison (où les terrains sont petits, NDLR)», a-t-il plaidé lors de la séance.

Une réunion du conseil est planifiée pour entendre les objections du public envers l’arrêté qui est en préparation. Elle aura lieu le 10 septembre.

«Il y en a qui ne seront pas d’accord et qui vont dire qu’ils ne veulent pas de roulotte chez leur voisin. Ça va donner la chance aux gens de donner leur opinion.»

Cet été, il sera possible de faire usage de sa roulotte sur son terrain.

Il y aura aussi des exceptions lors de Festival acadien. «Le conseil réalise que durant le festival, les gens ont de la famille qui vient de partout. Nos campings sont déjà pleins et il n’y a plus de place. Alors le conseil est prêt à permettre plus d’une roulotte pour les propriétaires durant cette période.»

Enseignes clignotantes

Par ailleurs, le conseil municipal s’est une fois de plus penché sur la question des enseignes clignotantes dans les vitrines des commerces.

L’arrêté municipal actuel – qui date de 2005 – les interdit.

En mars, la Ville de Caraquet avait demandé un avis à la CSRPA afin d’obtenir l’heure juste dans ce dossier.

Dans le rapport rendu au conseil par le Comité des services régionaux, ces derniers recommandent de ne pas changer la réglementation qui est en place.

Le conseil a décidé d’accepter de manière unanime la proposition faite par la CSRPA.

Le Comité plaide notamment dans son rapport que la Ville s’est dotée d’une marque de commerce unique qui la distingue des autres. Du fait même, la réglementation leur offre un certain patrimoine.

Le maire Kevin Haché a indiqué que «les gens viennent ici pour le cachet et la qualité de vie. Permettre cet affichage-là nuirait à Caraquet selon ce qu’à conclut la CSRPA.»

M. Haché a donné l’exemple du Jean Coutu, qui dispose d’un écran pour annoncer ses produits en vente. Selon la réglementation actuelle, l’enseigne est illégale. Elle devra être retirée.

«À partir de mardi, les gens qui ont des enseignes clignotantes seront en infraction.»

Le maire a tenu à préciser que les affiches peuvent être allumées, mais qu’elles ne doivent pas clignoter.

Feu vert à la réorganisation du conseil municipal

Le conseil municipal de Caraquet a tranché en faveur d’une réorganisation du conseil municipal. Aux prochaines élections municipales, les résidents devront voter pour un maire et six conseillers généraux.

Auparavant, Caraquet était divisée en quatre quartiers distincts. Chacun des quartiers comptait deux conseillers.

«C’est la troisième fois que l’on en discute et ce soir, ça vient de se terminer», a confirmé le maire Kevin Haché. Rappelons qu’en mars le conseil s’était retrouvé complètement divisé sur cette question.

C’est le maire qui avait dû briser l’impasse du conseil. Il avait voté en faveur de la résolution.

Seul le conseiller Jean-Guy Blanchard a voté contre la motion lundi soir.

Les conseillers Daniel Mallet et Mario Vienneau étaient absents de la réunion.