Une lutte sans merci pour prévenir l’infestation de la tordeuse

La lutte contre la prolifération de la tordeuse de bourgeons d’épinettes bat son plein dans le nord de la province. Et celle-ci se fait notamment par le biais d’une campagne d’arrosage destinée à tuer les larves de cet insecte ravageur.

Il est 5h du matin à l’aéroport de Charlo au Restigouche.

Alors que la majorité des gens dorment toujours, les pilotes de la Forest Protection Limited, eux, se préparent à allumer les moteurs de leur appareil afin d’aller arroser les forêts du secteur d’insecticides s’attaquant directement aux larves de la tordeuse de bourgeons d’épinettes.

Les appareils sont munis d’un système qui permet l’arrosage d’insecticides. Le produit est dispersé en fines gouttelettes. – Crédit JF Boisvert
Plusieurs appareils de la Forest Protection Limited sont basés à l’aéroport de Charlo où ils viennent notamment s’y alimenter d’insecticides. – Crédit JF Boisvert

Ils étaient une demi-douzaine d’appareils mardi. Pour le reste de la semaine, ils seront près du double à effectuer ainsi l’arrosage préventif au Restigouche dans le but d’empêcher cet insecte de s’étendre aux forêts plus à l’est et au sud de la province. Car ladite bestiole est déjà bien présente dans le nord, et ses ravages sont visibles.

La campagne est orchestrée par le Partenariat pour une forêt en santé, une initiative qui regroupe les gouvernements des quatre provinces de l’Atlantique ainsi que plusieurs chercheurs et joueurs de l’industrie forestière. L’objectif: prévenir l’infestation. Car si cela venait qu’à se produire, on parle d’un impact financier de plusieurs milliards de dollars.

La fenêtre biologique pour le plan de traitement va de la fin du mois de mai au début du mois de juillet. La campagne a débuté la semaine dernière dans la région de Miramichi. Elle est commencée depuis quelques jours seulement au Restigouche. On prévoit que l’arrosage durera un mois.

Afin d’être le plus efficace et précis possible, les appareils volent à très basse altitude, à environ une centaine de pieds de la cime des arbres. Le moment optimal de la journée pour ces traitements est généralement tôt le matin et entre le début de la soirée et le coucher du soleil. La fenêtre de travail est donc très limitée.

«On procède à l’arrosage durant ces périodes parce qu’il y a généralement moins de vent. C’est très réglementé, si ça dépasse 16 km/h – et même moins –, on arrête. On n’arrose pas non plus s’il pleut. Notre campagne doit durer ici tout le mois de juin, mais en réalité, on pourrait ne sortir qu’une dizaine de jours, soit lorsque toutes les conditions favorables sont réunies», explique JP Asterino, responsable de la FPL.

Prévention

Cela fait quelques années maintenant que la tordeuse de bourgeons d’épinettes est dans le collimateur des chercheurs et des industriels forestiers des provinces de l’Est. L’infestation a débuté au Québec vers 2006. Son arrivée dans nos forêts n’était qu’une question de temps. La question était surtout de savoir quand et à quelle vitesse la propagation allait se produire.

La réponse est venue vers 2014-2015. On se souviendra notamment des énormes essaims de papillons de nuit qui ont envahi certaines régions du Restigouche (notamment le centre et l’ouest) vers la fin juin début juillet en 2016 et 2017. Ces essaims ont contribué à la prolifération de la bestiole. Et il est fort à parier que d’autres manifestations du genre auront lieu une fois de plus cette année.

S’il y a une bonne nouvelle, c’est que la prolifération à grande échelle de la tordeuse est cyclique, soit environ tous les 30 ans. La mauvaise, c’est qu’une période d’infestation peut durer entre 10 et 15 ans.

L’infestation précédente, survenue à la fin des années 70 et début 80, avait été particulièrement virulente. À son maximum, on estime qu’elle a touché un total de 55 millions d’hectares de forêt, soit tout l’est du pays, de l’Ontario à Terre-Neuve.

«On ne sait pas si cette éclosion-ci sera aussi intense, mais on fait tout en notre pouvoir pour que ça n’arrive pas», indique Rob Johns, scientifique auprès de Ressources naturelles Canada.

Les produits utilisés lors des arrosages sont surtout le BTK (un insecticide biologique) et le Tebufenozide (insecticide hormonal), deux insecticides qui s’attaquent spécifiquement aux larves de la tordeuse bien précisément. En tout, on prévoit arroser 225 000 hectares de forêt. C’est d’ailleurs la quatrième année qu’un tel épandage se déroule.

«Les régions qui sont traitées le sont parce qu’on y a décelé la trace de larves en grande densité. Cette année, les populations semblent s’être relativement stabilisées dans l’ouest, ce qui fait qu’on se concentre davantage sur l’est où elles semblent être plus présentes», explique M. Johns.

Est-ce que les efforts de protection fonctionnent?

«Jusqu’à présent, nous voyons que la situation semble stable, les populations ne se sont pas accrus de façons substantielles. Mais l’infestation est encore très sérieuse au Québec et il se peut toujours que ça migre ici massivement. Il pourrait y avoir encore d’énormes essaims qui s’abattent sur notre territoire. On doit être très vigilant, et c’est pourquoi on se concentre pour l’instant sur les points chauds dans le nord de la province», indique M. Johns.

Produits non toxiques pour l’humain

De voir voler des appareils qui épandent des insecticides sur la forêt et parfois près des maisons n’est pas sans causer une certaine crainte auprès de la population. Après tout, le désastre de l’utilisation du DTT, ce produit hautement toxique, n’est pas si loin.

Cette fois, les produits utilisés sont plus sûrs, non toxiques pour l’humain, la faune ou la flore.

«Ils sont très spécifiques. Ils ne s’attaquent qu’aux larves de la tordeuse. Ils n’affectent même pas les insectes adultes», souligne M. Johns.

Pour Peter Keddy, responsable des opérations sur le terrain pour FPL, les techniques d’épandage ont également beaucoup changé.

«Tout est scruté à la loupe. Et avec l’utilisation du GPS, on sait exactement où aller avec une immense précision», dit-il.

En tout, environ 180 000 litres d’insecticides seront utilisés pour les opérations d’épandage cette saison dans la province. Fait à noter, la population peut suivre à la trace l’évolution de l’arrosage en visitant le www.partenariatforetsante.ca (cartes de l’aire d’étude).

Mon épinette!

Vous avez une épinette que vous affectionnez sur votre terrain et qui semble être affectée par la tordeuse? Ne vous en débarrassez pas immédiatement, elle n’est pas sur le point de mourir.

Selon M. Johns, cela peut prendre en cinq et six ans de défoliations sévères avant de mettre la vie de l’arbre en péril. «Ce sont des arbres très résilients», remarque-t-il.

Selon lui, rien n’empêche les particuliers de traiter eux-mêmes leurs épinettes à l’aide de BTK, un produit qui se vend dans les quincailleries.