Le maire de Shediac prend une pause

Jacques LeBlanc se retire temporairement de ses responsabilités municipales. Après six ans au service de la capitale du homard, le maire fait aujourd’hui campagne sous les couleurs du Parti libéral.

Dans un communiqué, Jacques LeBlanc annonce qu’il prendra un congé de la mairie de la Ville de Shediac à partir du 1er août prochain.

«J’ai déjà pris plusieurs engagements comme maire pour le mois de juillet, que ce soit avec le Festival du homard ou pour d’autres activités municipales, et je vais respecter ces engagements, et ce, jusqu’à la fin du mois de juillet après quoi je prendrai un congé afin de me concentrer sur mon nouveau défi.»

En janvier dernier, Jacques LeBlanc avait remporté l’investiture du parti au pouvoir dans la circonscription de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé. Ses chances de victoire le 24 septembre sont bonnes: la circonscription est demeurée aux mains des rouges depuis sa création, en 1973.

Plus tôt ce mois-ci, le conseiller municipal Gilles Brine avait appelé le maire à démissionner du conseil, estimant qu’il ne pouvait pas correctement représenter la ville tout en faisant campagne sous la bannière libérale.

De son côté, Jacques LeBlanc affirme qu’il avait, depuis sa nomination, l’intention de s’absenter pendant la saison estivale,

«Cette décision mûrement réfléchie a été prise pour des raisons de transparences et d’intégrité. En aucun temps mon rôle de maire et de candidat libéral n’a représenté un défi dans mes différentes prises de décisions, mais pour éviter des situations conflictuelles qui pourraient survenir dans les prochaines semaines, surtout avec l’arrivée prochaine de la campagne électorale provinciale, je désire prendre mes distances.»

La loi électorale prévoit qu’aucun député ne peut siéger à l’Assemblée législative ni y voter s’il est maire ou conseiller d’un gouvernement local. Toutefois, un élu municipal peut rester en poste tout en faisant campagne.

«Je tiens à préciser que je ne démissionne pas comme maire car la Loi sur la Gouvernance locale et la Loi sur les élections ne m’y obligent pas tant et aussi longtemps que je ne suis pas déclaré officiellement député et je désire aussi demeurer maire en respect aux milliers de citoyens et citoyennes qui m’ont confié la mairie aux dernières élections, écrit Jacques LeBlanc. Toutefois, je désire prendre une pause afin d’éviter tout conflit ou apparence de conflit et ainsi protéger les intérêts des citoyens et l’intégrité du conseil municipal.»

Le maire LeBlanc passera le flambeau à la nouvelle maire suppléante, Mme Patricia Bourque Chevarie, qui assumera la relève à l’hôtel de ville à partir du 1er août.

Le conseiller Roger Caissie a déjà annoncé son intention de se porter candidat à la succession de M. LeBlanc. Il avait par la même occasion renoncé au renouvellement de son mandat de maire-adjoint qui se terminait à la fin mai.