Incendie de l’église à Bas-Caraquet: un adolescent arrêté

Un adolescent de 14 ans, d’Évangeline, a été arrêté mercredi par la GRC en lien avec l’incendie qui a ravagé l’église Saint-Paul de Bas-Caraquet.

Le garçon a été libéré sur promesse de comparaître devant le tribunal de la jeunesse à Caraquet le 28 août, où il pourrait faire face à des accusations en lien avec le brasier.

Le 24 juin, peu avant midi, la police s’est rendue sur la rue Saint-Paul, à Bas-Caraquet, à la suite d’un incendie dans l’église. Les pompiers pensaient avoir réussi à l’éteindre, mais le lendemain, au petit matin, le feu a repris au même endroit.

Ce drame a secoué les paroissiens de ce village, qui se sont serrés les coudes pour sauver cet édifice au cours des dernières années. Une compagne de financement avait permis d’amasser plus de 800 000$, qui avaient permis de renforcer la structure.

Au départ, les pompiers croyaient à un incendie d’origine électrique, mais la GRC avait indiqué à l’Acadie Nouvelle jeudi qu’elle n’écartait aucune hypothèse.

Contactée par le journal, Lucie LeBouthillier, présidente du Comité de sauvegarde de l’église de Bas-Caraquet, avait peine à croire à la nouvelle.

«C’est tellement triste pour le jeune, sa famille et toute la communauté. L’hypothèse qu’on entretenait au début était celle d’un bris électrique, parce qu’il y avait eu des interruptions de courant dans le village dimanche et Énergie NB est venu rétablir l’électricité.»

«Quand l’église a brûlé lundi, les murs sont restés debout. Comme les murs sont debout, nous on reste debout aussi, mais avec cette nouvelle, on est tombé à genou.»

Mgr Daniel Jodoin, évêque du diocèse de Bathurst, s’est dit fort peiné par la tournure des événements.

«Comme diocèse, nous allons laisser les autorités compétentes faire leur travail et leur enquête. Nos assureurs seront aussi en lien avec eux. Pour ce qui est de cet adolescent et de sa famille, nous allons prier pour eux. Nous nous trouvons bien démunis devant tout cela. »

La police poursuit son enquête en collaboration avec le bureau du prévôt des incendies.