La Barque: un bel esprit communautaire dans la région Chaleur

L’ancienne école Séjour-Jeunesse de Pointe-Verte bouillonne d’activités après sa reconversion en Coopérative d’entraide et de solidarité communautaire Chaleur – communément appelé la Barque.

Le président de la Barque, Euclide Chiasson, mentionne que son organisme joue un important rôle dans la communauté en offrant différents services. Selon lui, les métiers traditionnels sont les plus prisés dans la communauté.

«La menuiserie, la sculpture, la couture et la cuisine sont populaires auprès des gens de la région. On offre d’autres ateliers de formation, ainsi qu’un camp de jeunes et un jardin communautaire.»

Jean-Luc Haché, un des bénévoles, dit que la Barque est devenue un endroit incontournable dans la région. Ce dernier apporte son aide aux autres membres pour confectionner les tables de pique-nique destinées aux jeunes du camp d’été.

«J’ai une expérience en charpenterie et j’ai décidé de redonner à la communauté. C’est important de partager son savoir-faire avec les autres et en apprendre aussi.»

De son côté, Valmond Legacy, est membre de la Barque depuis deux mois. Selon lui, il a l’occasion d’apprendre davantage sur des métiers, dont la menuiserie.

Deux nouveaux programmes à la Barque

Au cours des prochains mois, la Barque souhaite offrir deux programmes, dont un qui traite de l’ébénisterie thérapie

Jean-Baptiste Roy explique que l’ébénisterie thérapie consiste à permettre aux gens de sortir de leur isolement en travaillant le bois.

«Ils apprendront à fabriquer des planches à fromages et autres objets. Les participants seront accompagnés durant tout le processus d’apprentissage. On a hâte de voir le programme en place. Le dernier projet est la fabrication des camions en bois destinés aux enfants malades dans les hôpitaux lors de la fête de Noël.»

La philosophie de la Barque, selon son président, est de faire un transfert de savoir intergénérationnel avec les jeunes de la région.

«Notre objectif est de collaborer avec le District scolaire francophone Nord-Est pour permettre aux enfants d’apprendre les métiers traditionnels. Ces derniers peuvent apprendre la charpenterie, l’ébénisterie ou la couture. Ce transfert de connaissance peut donner le goût aux jeunes de faire carrière dans les métiers traditionnels.»

Les défis ne manquent pas

Le plus gros défi de la Barque est de gérer sa croissance, indique son président. Selon lui, l’embauche d’un directeur général permettra de professionnaliser la coopérative.

«On est rendu à plus de 5000 heures de bénévolats de gens de la région Chaleur. Nous sommes à 558 000$ en contributions monétaires. Cela démontre l’importance de professionnaliser notre organisme avec l’embauchant un directeur général.»

La Coopérative la Barque a lancé une campagne de recrutement intitulé 1000 à Ramer. L’objectif est d’atteindre 1000 membres d’ici la fin de l’année. M. Chiasson confie que la coopérative compte plus de 600 membres depuis le début de juillet.

L’entente de location de l’ancienne école Séjour-Jeunesse par la Coopérative la Barque a été renouvelée jusqu’en 2019 par le District scolaire francophone Nord-Est. L’école primaire Séjour-Jeunesse a fermé ses portes en 2017 faute d’une quantité suffisante d’élèves. Ces derniers ont été envoyés à l’école de Petit-Rocher.