Un camp de jour pas comme les autres dans la région Chaleur

Depuis quelques jours, des jeunes qui présentent un trouble du spectre de l’autisme participent au camp de jour de six semaines au Complexe Madisco de Petit-Rocher.

Le Centre familial Chaleur de l’Autisme et Asperger organise ce camp de jour à l’intention des jeunes autistes pour une quatrième année. L’objectif est de permettre l’intégration de jeunes autistes dans diverses sphères de la société, ainsi que leur préparer au marché du travail.

Une dizaine de jeunes de 18 à 27 ans participent à ce programme d’été de six semaines qui prendra fin le 8 août.

Pierre Foulem, qui est à sa troisième participation mentionne l’importance d’un camp uniquement destiné à eux.

«On fait de l’activité physique, du bénévolat ainsi que des activités sociales. J’ai acquis de l’expérience au niveau du bénévolat cette année. En plus de me faire de nouveaux amis, je rencontre plus de gens dans la communauté dans le cadre de mon bénévolat.»

Kayla-Marie Hickey en est à sa deuxième année de participation. Elle dit avoir aimé son bénévolat au sein d’une quincaillerie de la région de Bathurst.

«J’ai beaucoup appris et cela me servira sur le marché du travail. J’envisage d’être de retour l’année prochaine. On est une famille parce qu’on se connaît presque tous.»

Le camp de jour permet aux jeunes autistes de participer à des activités, mais aussi de socialiser entre eux durant le temps des vacances scolaires, indique Tracy Furlotte-Maltais, directrice Centre familiale Chaleur de l’Autisme et Asperger et maman d’un enfant autiste.

«C’est plaisant d’avoir ça dans la région. Ça donne de l’espoir aux parents de jeunes autistes.»

Mme Furlotte-Maltais confie qu’il a un besoin criant de financement pour permettre à plus de jeunes autistes de participer au camp de jour.

«Les demandent augmentent, mais faute de moyens financiers, on est obligé d’avoir une limite de jeunes au camp. Notre objectif est de permettre aux jeunes de toutes les catégories d’âges de participer. C’est pour cela on demande l’aide des différents paliers de gouvernements pour financer nos activités ainsi que l’embauche des monitrices.»

Une campagne de financement sera organisée dans le cadre du festival Blues d’la Baie de Petit-Rocher le 28 juillet.

«On veut montrer à nos jeunes comment faire une campagne de financement et aussi de sensibiliser la population au spectre de l’autisme», de souligner Mme Furlotte-Maltais.