Le jardinage simplifié avec Marthe Laverdière

Le printemps tardif, les gels de sol et les températures peu clémentes ont donné beaucoup de misère à de nombreux agriculteurs cette année. Que ce soit pour les professionnels ou les amateurs de jardinage, la saison n’a pas été facile jusqu’ici.

L’experte en horticulture Marthe Laverdière, propriétaire des Serres Li-Ma, connue pour ses capsules YouTube de conseils horticoles, était de passage à Shippagan mardi après-midi.

S’il y a peu de choses que les gens peuvent faire dans des conditions aussi difficiles, elle possède tout de même des astuces pouvant limiter les dégâts.

«Lorsqu’il y a un risque de gel, l’idéal c’est de couvrir ses plants.»

Selon elle, le gel se fait généralement assez tôt en matinée. Le gel pénètre la fleur au lever du soleil. Il y a une façon plutôt simple de contrer ce phénomène.

«Il faut arroser ses plantes avant que le soleil se lève. L’eau fera en sorte qu’elles n’auront pas le temps de geler et de mourir.»

«Les plantes vont être correctes, mais vous allez peut-être pogner une pneumonie», lance-t-elle en éclatant de rire.

Farce à part, elle n’est pas dupe. Ces conditions ne sont nulle autre que des conséquences des changements climatiques. Phénomène qui attaque notamment la verdure.

«Ça fait en sorte que l’on connaît des hivers plus rigoureux et des printemps plutôt sec.»

La sécheresse est un autre problème qui donne des maux de tête aux agriculteurs.

Lorsque les plants manquent d’eau, les fruits restent petits et peu savoureux.

«Je recommande aux gens de pailler le pied des plants. Le paillis fera en sorte que la terre gardera mieux l’humidité.»

Pour ce qui est l’empotage à l’intérieur pour accélérer la croissance des plants, elle indique qu’il serait bien de retarder le processus lorsque les conditions ne sont pas favorables.

«Chez nous (au Québec), l’on fait généralement ça au mois de mars. Je conseille aux personnes qui veulent le faire de se décaler de trois semaines et d’attendre la mi-avril.»

Chose certaine, elle ne prône pas l’utilisation d’engrais toxique. Sa conférence propose plutôt des alternatives naturelles pour fournir les bons nutriments aux plantes.

«Dans la nature, il y a toujours un équilibre parfait jusqu’à ce que l’être humain s’en mêle.»

«Les produits naturels font en sorte que les légumes et les fruits puisent les nutriments dont ils ont besoin pour leur croissance. Au contraire, lorsque ce sont des produits toxiques qui sont utilisés, les plantes absorbent le tout.»

L’utilisation de compost, de fumiers, les rejets de mer (algues par exemple) sont de très bons produits à utiliser.

De plus, elle déconseille l’utilisation de produits visant à éliminer les insectes. Il est plutôt favorable de laisse le cycle naturel se faire par lui-même. Il y existe des prédateurs naturels qui s’occuperont des vermines.

«Par chez, nous ce sont les crapauds. La mouffette est aussi un ami des jardins. Tout comme les oiseaux-mouches qui sont d’excellents chasseurs de pucerons.»

Pour Mme Laverdière, le succès d’un jardin passe par la recréation de ce que la nature ferait elle-même.

«Les jardins ne sont pas comme nos salons. Ils n’ont pas besoin d’être remplis de produits.»

D’autres conseils peuvent être obtenus via les capsules vidéo produites par l’horticultrice sur sa page Facebook des Serres Li-Ma ou sur directement sur son site (serreslima.com).

Autres conseils pertinents 

  • Sol trop acide: planter un tremble. Les trembles absorbent l’acidité pour croître.
  • Engrais: Surveiller les chiffres: les 20-20-20 sont néfastes et toxiques. Du fumier frais (vieillit d’un an) possède un ratio 7,2-8,4-6,5. Les chiffres, dans l’ordre, font référence aux taux d’azote, de phosphore et de potassium que l’on retrouve dans l’engrais.
  • Un jardin, c’est comme un restaurant: il doit y avoir de tout. Il faut surtout éviter de planter des légumes ou des fruits se nourrissant de même nutriment à proximité. Il n’y aura pas suffisamment de nutriment pour toutes les plantes. Il faut alterner les rangs dans un ordre logique.
  • L’azote nourrit les feuilles, le phosphore fait des fruits et le potassium des racines. Ainsi, alternez rang de laitue (feuille), tomate (fruits) et carottes (racines). Les plantes se partageront les ressources dont ils ont besoin pour grandir.
  • Les patates et le maïs doivent être plantés séparément puisqu’ils puisent différents types de nutriments.