Fusion des chambres de commerce de la Péninsule: une idée explosive

L’idée de fusionner les six chambres de commerce de la Péninsule acadienne a eu l’effet d’une bombe. Sébastien Roy, propriétaire de la Distillerie Fils du Roy, a avancé cette proposition sur sa page Facebook au cours du weekend.

«J’ai fait cette publication sur ma page personnelle, explique l’homme d’affaires. Je ne croyais que ça irait aussi loin. Je voulais simplement tâter le terrain. J’ai pu constater la force des réseaux sociaux!»

À son avis, une telle fusion ferait en sorte que les ressources seraient maximisées. Le potentiel et le pouvoir politique d’une grande chambre péninsulaire seraient aussi beaucoup plus importants, entre autres.

«Ensemble, il s’agirait de la 4e plus grande chambre de commerce de la province», plaide-t-il.

La Péninsule compte en ce moment six chambres de commerce pour représenter 50 000 personnes. À titre comparatif, la région de Moncton en aurait 17 si on appliquait le même ratio.

Toutefois, ce n’est pas chose faite. Le processus prendra du temps, notamment parce que les conseils d’administration des chambres de commerce ne siègent pas ou peu durant la saison estivale.

«Des discussions avaient déjà eu lieu à ce sujet, précise M. Roy. La publication a ranimé le débat.»

René Brideau, président de la Chambre de commerce de Tracadie se fait prudent dans ses propos.

«Nous n’avons pas encore eu la chance de nous rencontrer et d’en parler. Je ne peux pas avancer d’opinion formelle avant de consulter et le conseil d’administration et nos membres», note-t-il.

Un son de cloche corroboré par son homologue des îles Lamèque et Miscou, Paul Mallet.

Ce dernier fait cependant part de certaines préoccupations.

«Nous avons une coalition en place déjà pour traiter des besoins communs des chambres, précise M. Mallet. Il faut tenir compte du fait qu’il y a des choses que l’on doit faire pour nous et qui sont bonnes pour nous, mais qui ne le seraient pas forcément ailleurs.»

Dans les deux cas, les présidents sont d’avis que la décision reviendra aux membres et aux conseils.

Sébastien Roy est au courant des réserves des gens. Il dit lui-même avoir eu différents avis au sujet d’une éventuelle fusion. Il indique toutefois que la majorité des gens à qui il a parlé sont en faveur du projet.

«J’invite tout le monde à contacter leur chambre de commerce respective et de leur faire part de leurs commentaires. Les préoccupations sont tout aussi importantes que les points positifs.»

Il donne comme exemple de préoccupations la question de l’emplacement de la chambre.

«C’est une question qui divise à savoir où sera cette grande chambre. Je crois qu’il y a assez d’emplacements dans chacune des localités pour permettre aux gens de travailler à partir de leur région sans avoir à se déplacer à un endroit spécifique.»

Les autres inquiétudes touchent les actifs, la représentativité et le possible le refus d’une chambre face à une majorité.

Par ailleurs, M. Roy différencie l’unification des chambres et la coalition qui est déjà en place. Il est question pour lui de maximiser le potentiel et d’accélérer les choses.

«Nous avons à l’heure actuelle six chambres qui se réunissent pour certains dossiers et qui ensuite font la même chose six fois. Une grande chambre permettrait de régler les dossiers plus rapidement et d’en traiter davantage.»

Bien entendu, il est conscient que la structure éventuelle de l’organisme devra être développée en fonction des besoins de chaque région de la Péninsule.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, a d’ailleurs donné son appui au projet par l’entremise d’un commentaire sur la publication originale de M. Roy.