Edmundston: un entrepreneur prend le dessus sur des pirates informatiques

Éric Collin a repris contrôle de la page Facebook de sa boutique. Elle avait été piratée il y a un peu plus d’une semaine. Cette expérience lui a appris une chose: personne n’est à l’abri d’une attaque informatique.

Le 12 juillet, un groupe de pirates informatique s’identifiant comme la Nemesis Society avait pris contrôle de la page Facebook du magasin Pronature Edmundston. Dans une vidéo, le groupe menaçait les citoyens la région.

En échange d’une somme d’argent, les pirates étaient prêts à redonner le contrôle de la page et ses 7200 membres. Les escrocs ont même été jusqu’à menacer la fille de l’entrepreneur. Or, M. Collin ne voulait pas céder au chantage.

Il a résolu la situation en utilisant d’autres moyens.

«On a réussi à cibler pas mal qui avait fait ça. J’ai eu l’aide d’amis qui sont spécialisés là-dedans. C’est comme ça qu’on a réussi à tout ravoir, sans aller dans les détails exactement», a expliqué l’entrepreneur.

Contacté par l’Acadie Nouvelle, un porte-parole de Facebook a affirmé que le réseau social avait lancé une enquête sur cette affaire. Toutefois, ce ne sont pas des employés de Facebook qui ont permis de régler l’affaire.

«C’est grâce à des chums spécialisés là-dedans qui ont réussi à les retracer et leur parler. Ce n’est pas Facebook ni les polices qui ont réglé le problème», a insisté M. Collin.

L’entrepreneur ne révèle pas l’identité des malfrats et ne compte pas parler à la police d’Edmundston qui selon lui n’a pas pris l’affaire au sérieux au départ. Il ne compte pas porter plainte non plus.

«La police m’a rappelé la semaine dernière quand ç’a brassé pour me demander de venir remplir une déposition. Je n’ai pas le temps de gosser avec une déposition!»

Il faut dire que l’homme d’affaires est en plein déménagement en ce moment. Sa boutique aura pignon sur rue dans un nouveau centre commercial le 29 juillet.

Que faut-il apprendre d’une telle mésaventure informatique? Que la sécurité est importante, mais qu’accéder au compte d’utilisateurs sur les réseaux sociaux reste un jeu d’enfant, selon lui.

«Je n’ai pas de conseil. J’ai appris que si quelqu’un veut te hacker, c’est très facile. C’est ça que j’ai appris. Il n’y a pas vraiment de manière de se protéger contre ça, rien», a conclu M. Colin.