L’ancien premier ministre Raymond Frenette porté à son dernier repos

Des centaines de personnes ont rendu un dernier hommage à Raymond Frenette, le 28e premier ministre du Nouveau-Brunswick, jeudi à Shediac.

Anciens premiers ministres, politiciens, famille, amis et membres de l’actuel gouvernement étaient tous rassemblés en l’église Saint-Joseph de Shediac pour offrir un dernier adieu à ce politicien qui a marqué le Nouveau-Brunswick.

Avant de devenir premier ministre du Nouveau-Brunswick pour sept mois, Raymond Frenette a été le bras droit de Frank McKenna durant ses années au pouvoir, de 1987 à 1997.

«Nous étions partenaires. J’ai eu à accomplir des choses plus glorieuses et il a fait beaucoup du gros travail au cabinet en prenant tous les dossiers difficiles. Nous étions des partenaires et il était un maître à l’Assemblée législative. Il savait comment mener les affaires. C’était beau à voir. C’était merveilleux de voir tout le respect qu’il avait de ses adversaires. Il les charmait et les désarmait», a confié M. McKenna à l’Acadie Nouvelle.

Il était un orateur habile, se souvient l’ancien premier ministre. Il savait imposer et gagner le respect de ses adversaires. Il connaissait ses dossiers et savait comment les mener à terme.

«Il était l’un des vrais débatteurs qui ne se faisaient jamais d’ennemis. Il pouvait contredire sans être désagréable et pour moi il était un cardinal Richelieu. Il m’a servi de bouclier et il a encaissé un nombre inimaginable de coups pour moi. Il voyait ça comme son rôle et il était très bon à le faire», a ajouté M. McKenna.

L’homme d’affaires a eu l’occasion d’aller visiter son ami au Centre hospitalier universitaire Dr-George-L.-Dumont. Il lui a souligné ses accomplissements.

«Il était un Néo-Brunswickois extraordinaire et un fier Acadien. Quand je suis allé le visiter à l’hôpital, je lui ai dit: « Ray, si tu veux voir ton monument, regarde autour de toi ». George-Dumont et l’Université de Moncton font partie de ses grandes réalisations.»

Shawn Graham a été le 31e premier ministre du Nouveau-Brunswick. De retour d’un voyage d’affaires en Chine, il tenait absolument à rendre hommage à M. Frenette.

«Le premier ministre Raymond Frenette était une figure emblématique non seulement du Parti libéral, mais pour le Nouveau-Brunswick. Son héritage aujourd’hui est sans égal. Comme ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, je suis ici pour rendre hommage à lui et à sa famille, mais aussi pour rappeler qu’elle a été sa contribution pour la province», a indiqué M. Graham.

Raymond Frenette a effectué ses études classiques à l’Université du Sacré-Cœur de Bathurst et à l’Université de Moncton. Après une carrière en finances, il s’est d’abord lancé en politique municipale dans l’ancien village de Lewisville et ensuite à Moncton où il a été conseiller de 1973 à 1974.

Il a après fait le saut en politique provinciale. Il a été élu à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick où il a représenté la circonscription de Moncton-Est de 1974 à 1998 pour les libéraux.

Il a entre autres été ministre de la Santé, président de la Commission d’énergie du Nouveau-Brunswick (1991-1995), et de vice-premier ministre, président du Conseil exécutif et ministre des Affaires intergouvernementales.

Après 10 ans au pouvoir, M. McKenna a quitté son poste. Raymond Frenette a alors tenu les rênes du pouvoir d’octobre 1997 à mai 1998.

L’Université de Moncton lui a décerné un doctorat honorifique en en sciences politiques en 1994. Le pavillon de médecine de l’université porte son nom tout comme une bourse destinée aux étudiantes et étudiants de l’institution acadienne.

M. Frenette est né à Beresford en 1935. Il demeurait à Shediac depuis des années. Il est décédé à l’âge de 83 ans le 13 juillet Centre hospitalier universitaire Dr-George-L.-Dumont. La cause de son décès n’a pas été dévoilée. Il laisse dans le deuil son épouse, Amande, avec qui il partageait sa vie depuis 60 ans et deux enfants.

Le président français President Jacques Chirac, à gauche, en compagnie du premier ministre canadien Jean Chrétien et du premier ministre néo-brunswickois Raymond Frenette, le 16 novembre 1997. – Archives PC