Dame Nature en colère: Environnement Canada émet une alerte de tornade

Des résidents du Nouveau-Brunswick et de l’État du Maine ont goûté, mardi, à la colère de Dame Nature.

Après les pluies diluviennes qui se sont multipliées durant la journée à travers la province, Environnement Canada a émis à 15h37 une alerte de tornade touchant la région de Grand-Sault et les environs.

Une certaine inquiétude s’est rapidement installée auprès des personnes ayant reçu ce message d’urgence sur leur téléphone cellulaire ou ayant eu vent de la nouvelle, rapidement relayée en vitesse sur les médias sociaux.

Cette alerte a toutefois été levée moins d’une trentaine de minutes plus tard, soit précisément à 16h03.

«Ce sont nos collègues et spécialistes des radars de l’État du Maine qui nous ont avisés de l’arrivée probable d’une tornade dans la région de Grand-Sault», a expliqué à l’Acadie Nouvelle Barrie MacKinnon, météorologue à Environnement Canada.

«Il n’y a toutefois pas eu de confirmation du passage d’une tornade, du moins pas pour l’instant», de préciser ce dernier, tout en ajoutant qu’un tel évènement climatique survient habituellement une ou deux fois par année dans les provinces maritimes.

De l’autre côté de la frontière, l’Organisation des mesures d’urgence du comté d’Aroostock, situé à Caribou, dans l’État du Maine, a lancé vers midi un avis à la population.

Cet avis stipulait que les gens devaient éviter tout contact avec l’eau du fleuve Saint-Jean qui a été contaminée à la suite du déversement d’eaux usées rendu nécessaire par l’interruption en électricité d’une usine de traitement située à Fort Kent.

Le village de 4000 âmes se situe en face de la commune canadienne de Clair, au Nouveau-Brunswick.

«Il faut s’abstenir de se baigner ou d’être le moindrement en contact avec la rivière Fish et le fleuve Saint-Jean. Il faut éviter de se baigner à ces endroits et de consommer du poisson et des végétaux récoltés sur place», laissait savoir l’avis lancé par l’Organisation des mesures d’urgence du comté d’Aroostock.

«La situation tend à revenir à la normale, nous connaitrons mercredi les résultats d’analyse de l’eau provenant d’échantillons récoltés», a expliqué à l’Acadie Nouvelle, tard mardi soir, Nick Archer, un des directeurs régionaux de l’État du Maine.