Deux hommes prisonniers d’un ascenseur inondé sauvés par des policiers

Un homme sauvé des eaux qui montaient rapidement dans un ascenseur inondé par les pluies torrentielles de mardi soir à Toronto a déclaré que c’est en pensant à sa fille adolescente qu’il avait trouvé le courage de s’accrocher alors que sa fin semblait proche.

Klever Freire et un de ses collègues ont été sauvés in extremis après que l’eau d’un déluge s’est déversée dans un ascenseur au sous-sol de l’immeuble où ils travaillent.

M. Freire a déclaré que la demi-heure pénible pendant laquelle ils ont été pris au piège lui avait paru beaucoup plus longue, précisant que le niveau de l’eau avait atteint leur cou au moment où les policiers sont arrivés pour ouvrir les portes.

« Je pensais principalement à ma fille », a déclaré le père de famille aux journalistes mercredi, quelques heures après l’événement. « Je devais aller la chercher deux heures plus tôt pour aller au cinéma, mais je n’avais pas pu… (Cette expérience) est une bonne prise de conscience de ce qui compte vraiment. »

L’homme a raconté que son ami et lui ne pouvaient pas appeler à l’aide, car l’ascenseur inondé était coincé dans le sous-sol et que le téléphone de secours dans la cabine ne fonctionnait pas.

Les deux hommes ont fini par défoncer un panneau du plafond, ce qui leur a permis d’avoir accès à un signal de téléphonie cellulaire pour appeler le 9-1-1.

Les policiers ont ensuite été forcés de traverser les eaux jusqu’à l’ascenseur afin d’ouvrir les portes avec un pied-de-biche, a-t-il ajouté.

L’incident impliquant ces deux hommes est l’un des plus dramatiques parmi une série d’opérations de sauvetage provoquées par la tempête de mardi soir qui, selon Environnement Canada, était concentrée sur le centre-ville de Toronto.

Le déluge, qui s’est à peine fait sentir dans la banlieue de la métropole, a déversé jusqu’à 72 millimètres de pluie en à peu près deux heures dans certains secteurs de Toronto, a indiqué le météorologue Geoff Coulson.

De nombreux appels d’urgence

La pluie a mis à rude épreuve les services d’urgence, qui ont passé la nuit à extraire des personnes coincées dans des zones inondées.

Le capitaine Michael Westwood, du Service des incendies de Toronto, a indiqué que les pompiers avaient répondu à 638 appels mardi, soit environ 98 pour cent plus que le volume habituel. De minuit à 8 h mercredi, le volume d’appels a grimpé jusqu’à 137 pour cent au-dessus de la moyenne.

« (Il y avait) des personnes piégées dans des voitures parce qu’elles avaient essayé de traverser des eaux profondes », a-t-il donné en exemple. « À plusieurs endroits, l’eau était montée à plus d’un mètre au-dessus des routes. »

Michael Westwood a mentionné que les pompiers avaient également dû évacuer des gens dans des sous-sols inondés et des ascenseurs bloqués.

Une vidéo publiée en ligne montre un pompier sur le toit d’une voiture partiellement submergée, tentant d’ouvrir une porte ou une fenêtre à l’aide d’un pied-de-biche. Une personne semble être coincée à l’intérieur du véhicule.

Les averses ont également provoqué des inondations dans le métro de Toronto, provoquant de nombreux retards durant l’heure de pointe matinale.

Le porte-parole de la Commission de transport de Toronto, Kadeem Griffiths, a déclaré qu’un tronçon de métro de 120 mètres dans le nord-ouest de la ville s’était retrouvé inondé par plus de 50 centimètres d’eau. Une partie de cette ligne est demeurée fermée mercredi après-midi, forçant le déploiement d’un service de navettes pour transporter les passagers.

Le déluge a également causé des problèmes à l’hôtel de ville de Toronto. Un membre du personnel a écrit sur Twitter que le plafond à l’extérieur du bureau du maire John Tory coulait tellement que le personnel était à court de bacs de recyclage et de poubelles pour contenir l’eau.