La pêche au homard est lancée dans le détroit de Northumberland

Les pêcheurs de homard du détroit de Northumberland ont pris le large sous des averses de pluie, tôt jeudi matin. Sur les bateaux, plusieurs prévoient une saison de prix et de débarquements élevés.

Les familles des pêcheurs et des membres de la communauté de Kent et du Sud-Est se sont rendues à leur quai local – parapluie en main – afin d’assister au coup d’envoi de la pêche au homard, jeudi matin.

Au cours des deux prochains mois, les centaines de homardiers de la zone de pêche 25, qui s’étend de Pointe-Sapin à Pugwash, en Nouvelle-Écosse, feront des allers-retours entre les quais et leurs casiers.

Des pêcheurs interviewés par l’Acadie Nouvelle avant le grand départ au quai de l’Aboiteau, de Cap-Pelé, ont fait savoir qu’ils sont optimistes par rapport aux prises et aux prix. Certains ont appris de leurs acheteurs qu’ils recevront 4,50$ à 5,00$ la livre pour leurs débarquements, un montant qui pourrait être ajusté à la hausse plus tard dans la saison. De plus, les débarquements sont à la hausse depuis quelques années, et des signes laissent croire que la tendance n’est pas à la veille de s’inverser.

«Depuis que je pêche, et ça fait 40 ans, on a connu trois ou quatre belles années – dans les années 1980. Et maintenant que j’arrive à la retraite, le homard est en abondance. C’est bien mieux comme ça. Ça va rendre ma retraite plus facile», mentionne Norbert Gaudet, capitaine du Lise G.

«On l’a vu dans le nord de la province, le homard frappe un pic. La science nous dit que ça va durer un autre cinq ou six ans.»

Amarré tout près de M. Gaudet, Jean-Guy Landry a préparé ses casiers de pêche avant de prendre le large, jeudi matin. Il a confié à l’Acadie Nouvelle que c’est peut-être la dernière fois qu’il le fait.

«Cette année pourrait bien être la dernière. C’était censé d’être ma dernière l’an passé, mais je suis encore ici», a mentionné celui qui transmettra probablement son permis et son bateau à son plus jeune fils, Martin, en 2019.

«Ça fait combien d’années que je pêche? Trop! J’ai 68 ans, et j’ai commencé avant la vingtaine. Ça fait au moins une cinquantaine d’années. Il n’y a plus la même excitation qu’avant. On finit par s’écoeurer.»

Les pêcheurs ont affirmé que la pluie prévue jeudi ne nuira pas à leurs activités, aussi longtemps qu’elle n’est pas accompagnée de vents forts.

«Un pêcheur qui a peur de l’eau, ce n’est pas un pêcheur!», a lancé en riant M. Gaudet.

Pendant la première journée de pêche, la plupart des homardiers feront deux voyages en mer afin de déposer leurs casiers. Dans les prochains jours, ils ramèneront leurs premiers débarquements à quai.

La pêche se poursuit jusqu’au 10 octobre. Dans le détroit de Northumberland, les plus importantes semaines de pêche ont habituellement lieu au début de la saison.