Fusillade à Fredericton: deux policiers parmi les victimes

Un suspect est en détention après la fusillade qui a fait au moins quatre morts, dont deux policiers, vendredi matin, à Fredericton, selon le service de police de la capitale néo-brunswickoise.

Les policiers décédés sont Laurence Costello et Sarah Burns.

Des policiers se sont rassemblés devant l’établissement en après-midi, se consolant les uns les autres pendant la mise en berne de ses drapeaux canadien et néo-brunswickois.

Du côté du poste de police, bouquets de fleurs et messages de soutien continuent de s’amonceler devant la station.

L’identité des victimes reste à être dévoilée, mais une veillée est déjà prévue vendredi à l’église anglicane St. John the Evangelist.

« Comprenez s’il-vous-plaît qu’il s’agit d’un moment difficile pour leurs familles et nos collègues », a déclaré le corps policier, qui faisait déjà état de plusieurs victimes pendant que la fusillade était toujours en cours.

Les policiers ont écrit sur Twitter que le périmètre de sécurité autour du secteur de Brookside Drive serait maintenu puisque « l’enquête se poursuit ».

Le corps de police avait fait état de plusieurs victimes alors que la fusillade était toujours en cours, tôt vendredi. Les résidants du secteur de Brookside étaient invités à demeurer chez eux et à verrouiller leurs portes.

Les autorités ont finalement confirmé l’arrestation d’un suspect vers 9h45, heure locale.

David MacCoubrey, dont l’appartement se trouve sur Brookside Drive, dit avoir été réveillé par le son de trois coups de feu « à dix mètres de (son) lit ». Il estime avoir ensuite entendu jusqu’à 17 détonations au sein même de son complexe de logements, qui compte quatre immeubles.

Travis Hrubeniuk, un résidant âgé de 27 ans, raconte que sa fiancée venait de partir vers le travail lorsque les sirènes ont commencé à se faire entendre.

Le jeune homme originaire de Winnipeg dit qu’il n’aurait jamais cru que ce quartier résidentiel paisible deviendrait le théâtre d’une telle scène.

« C’est la première fois que j’entends parler d’un crime sérieux ou violent dans cette ville », relève-t-il.

Bill Henwood, directeur de la Maison funéraire York, située au coeur du périmètre de sécurité, fait état d’une véritable onde de choc parmi les commerçants locaux.

« Ce n’est pas quelque chose qu’on s’attend à entendre à notre réveil à Fredericton. Constater qu’il y a en fait des morts est assez extraordinaire pour ce secteur », souligne-t-il.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a offert ses condoléances aux proches des victimes.

« Nous sommes tous bouleversés et attristés de prendre connaissance, ce matin, de l’incident tragique qui se déroule à Fredericton, a-t-il écrit sur Twitter. À ce moment-ci, je demanderais à la population, en particulier aux personnes qui se trouvent dans les secteurs visés par la police, de se tenir informée des derniers développements entourant cette situation et de suivre les consignes des autorités qui travaillent dans le secteur. »

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est pour sa part dit « de tout coeur avec ceux qui sont touchés par la fusillade survenue ce matin ».

« Nous suivons la situation de près », a-t-il ajouté dans un micromessage.