Fusillade à Fredericton: Un choc immense

La police de Fredericton a dévoilé l’identité des deux policiers figurant parmi les quatre victimes d’une fusillade survenue vendredi matin dans un quartier résidentiel du nord de la ville.

Selon la chef de police Leanne Fitch, il s’agit de Robb Costello, âgé de 45 ans, et de Sara Burns, âgée de 43 ans. Les noms des deux autres personnes tuées durant la tragédie, un homme et une femme, n’ont pas été divulgués.

« Annoncer une telle nouvelle, c’est la pire chose pour un chef de police », a laissé tomber Mme Fitch durant une conférence de presse.

Peu avant midi vendredi, un hôpital de Fredericton, le Dr. Everett Chalmers Regional, avait indiqué qu’il traitait « plusieurs victimes de la fusillade ».

La police a arrêté un suspect, un résidant de Fredericton âgé de 48 ans, qui a été soigné pour des blessures graves. Elle n’a pas précisé le type d’arme qui avait été utilisé.

Le chef de police adjoint Martin Gaudet a expliqué que les deux policiers étaient arrivés sur les lieux vers 7 h 10 à la suite d’un appel d’urgence et avaient découvert deux victimes allongées sur le sol.

« C’est à ce moment qu’ils ont été abattus », a indiqué M. Gaudet en conférence de presse.

Il a dit ne pas avoir d’information sur les autres blessés.

M. Costello était policier depuis 20 ans et père de quatre enfants alors que Mme Burns travaillait pour les forces de l’ordre depuis deux ans, était mariée et mère de trois enfants.

Jackie McLean, la conjointe de Robb Costello, a affirmé qu’un enquêteur avait informé la famille de la mort de l’agent vendredi matin.

« Il adorait être policier et il vivait pour être policier, a-t-elle confié en entrevue avec La Presse canadienne. Il est le seul policier que je connaissais qui pouvait donner une contravention à une personne et se faire remercier par cette dernière. »

La fusillade a commencé vers 7 h, heure locale, dans un complexe de logements sur Brookeside Drive.

L’Agence France-Presse rapporte que des témoins interrogés par des chaînes de télévision auraient vu le canon d’une arme sortant de la fenêtre d’un petit immeuble, tirant en direction d’une cour, alors que les corps de deux policiers gisaient sur le sol.

Les autorités ont finalement confirmé l’arrestation d’un suspect vers 9h45.

Quelques minutes plus tôt, le service de police avait indiqué que la situation ne posait plus aucun danger pour le public, mais qu’un périmètre de sécurité serait maintenu autour du secteur de Brookside Drive puisque « l’enquête se poursuit »

Des policiers se sont rassemblés devant l’établissement en après-midi, se consolant les uns les autres pendant la mise en berne de ses drapeaux canadien et néo-brunswickois.

Du côté du poste de police, bouquets de fleurs et messages de soutien continuent de s’amonceler devant la station.

Le corps de police de Fredericton avait fait état de plusieurs victimes pendant que la fusillade était toujours en cours, tôt vendredi. Les résidants du voisinage étaient alors invités à demeurer chez eux et à verrouiller leurs portes.

Appuyés de la Gendarmerie royale du Canada, les policiers locaux demandent l’aide du public pour reconstituer le fil des événements.

« Il y a beaucoup de personnes qui ont vu des choses, entendu des choses, mais on n’avait pas la chance de parler à tout le monde », a exposé l’agent J.-P. MacDougall en mêlée de presse.

Cet événement n’est pas sans rappeler la fusillade meurtrière de juin 2014, pendant laquelle trois policiers de la GRC avaient été abattus en pleine rue à Moncton.

Fusillade à Fredericton

*Ce texte sera mis à jour tout au long de la journée.