Kevin Haché officiellement candidat progressiste-conservateur dans Caraquet

Après quatre défaites électorales consécutives dans Caraquet, les militants progressistes-conservateurs de la circonscription ont confiance que les étoiles sont enfin bien alignées en leur faveur. Mardi soir, ils ont officiellement choisi Kevin Haché comme candidat pour les mener vers la terre promise.

L’avocat de formation et actuel maire de Caraquet a été choisi par acclamation par les militants présents au congrès d’investiture des progressistes-conservateurs.

«Je pense que la circonscription de Caraquet a besoin de changement et je pense que cette fois-ci, on a le bon candidat pour réaliser la tâche», dit Josée Landry, une militante originaire de Grande-Anse.

«On ressent une vague de changement. Les gens savent que Kevin est quelqu’un qui travaille pour le bien de tout le monde. Je pense que les gens voient ça en lui», ajoute-t-elle.

Les enjeux entourant la santé figurent au coeur des priorités de Kevin Haché. Le cri de coeur lancé récemment par le Dr Gilbert Blanchard a particulièrement marqué le candidat.

Dans une lettre récente publiée dans l’Acadie Nouvelle, le Dr Blanchard a dénoncé avec fermeté une entente conclue entre la Société médicale du N.-B et le ministère de la Santé qui a permis aux médecins pratiquant dans les urgences de grands hôpitaux régionaux de toucher à une augmentation de salaire.

Le médecin de Bas-Caraquet a souligné qu’une pénurie de médecins dans la région met en péril l’urgence de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet.

«On entend beaucoup parler des soins de santé. Ç’a toujours été un cheval de bataille ici. Le Dr Blanchard a vu un problème et en tant que maire, j’ai vu des problèmes aussi. Maintenant, on veut régler ça», dit-il.

Apprendre le français, petit à petit

Le chef du parti, Blaine Higgs, a profité du congrès d’investiture pour s’adresser en français à la centaine de militants, une langue qu’il apprend «petit à petit». Il souhaite mettre sa réputation d’ancien candidat à la chefferie du Confederation of Regions Party, réputé pour ses positions contre le bilinguisme, derrière lui.

«Mon opinion a changé au cours des 30 dernières années, mais surtout depuis les huit dernières années. Depuis mon élection en 2010, j’ai visité beaucoup de communautés francophones. J’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de gens. Ils m’ont aidé à avoir une meilleure perception et une meilleure compréhension des différences dans notre province.»

Les militants de Caraquet sont prêts à lui donner une chance.

«Il vient nous voir et il se force pour nous parler en français. Je pense qu’il va nous écouter. Il n’est pas contre le bilinguisme. Il a été mal interprété d’après moi. On se sent à l’aise avec lui», explique Gilles Savoie, président de l’association de circonscription du parti dans Caraquet.

Josée Landry a également eu l’occasion de rencontrer Blaine Higgs à quelques reprises. Elle croit aussi que l’homme politique fait preuve de bonne volonté.

«Ça ne me rend pas nerveuse. Je pense que c’est une culture qu’il découvre et chaque fois que je le rencontre, il semble avoir appris de nouvelles choses. Il parle de mieux en mieux français. Je pense qu’il comprend bien nos défis dans la Péninsule acadienne. Il sera capable de faire le travail.»

Gaston Moore est le dernier progressiste-conservateur à avoir remporté une élection dans Caraquet. Il a occupé son siège de 2001 à 2003.

Le libéral Hédard Albert est le député de la région depuis 2003. Il a annoncé sa retraite en 2016.

Les partisans libéraux ont choisi l’artiste et entrepreneur Isabelle Thériault pour les représenter aux élections en septembre.

Le Parti vert a également nommé son candidat, il s’agit de Daniel Alain Blanchard, un entrepreneur local.

Le NPD n’a pas encore officialisé de candidature dans la région.

Guilmond Hébert, un ancien employé d’Alcool NB, s’est également lancé dans la course en tant que candidat indépendant.