Tracadie brave la foudre et le tonnerre pour célébrer en grand

Même le tonnerre et la foudre n’ont pas réussi à faire taire les Acadiens. Mercredi, un orage menaçait de frapper Tracadie à moins d’une heure du début du tintamarre, mais au final, le ciel s’est dégagé juste à temps pour la grande fête.

Encore une fois, les sirènes des camions de pompiers ont retenti et un long cortège de chars allégoriques a défilé sur la rue Principale de Tracadie. Des milliers de spectateurs ont longé la route pour assister au spectacle.

Plusieurs ont décidé d’accomplir une partie du parcours du tintamarre à pied.-Acadie Nouvelle: David Caron.

Pour la première fois, le conseil des élèves de la Polyvalente W.-A.-Losier a conçu son propre char allégorique pour participer au tintamarre.

«Les Bisons (le nom de l’équipe de l’école) sont des Acadiens et nous représentons bien la Péninsule acadienne. Je pense que c’est important de montrer aux gens de Tracadie qu’on aime faire du bruit», lance Julie Martinet, présidente du conseil étudiant.

Steven Ferguson n’était pas à sa première participation au tintamarre, mais cette année s’annonçait assez spéciale pour le résident du secteur de Sheila.

«C’est la première fois qu’on décore notre propre char, mais avant, on embarquait souvent avec d’autres personnes. On y était presque toutes les années!»

Ghislain Savoie, de Tracadie, participe à l’événement depuis cinq ans. Son char allégorique qu’il conçoit avec sa famille et des amis impressionne. Il s’agit d’un bateau de pirate tiré par une camionnette antique.

«C’est pour que le monde ait du plaisir!»

Le bleu, blanc et rouge avec l’étoile jaune était bien en vue!-Acadie Nouvelle: David Caron.

Plusieurs autres ont décidé d’accomplir le parcours à pied. Au fil des ans, Jean-Claude Mallet, de Saint-Sauveur, est devenu un personnage bien connu du tintamarre de Tracadie grâce à ses échasses et son costume aux couleurs bleu, blanc et rouge avec l’étoile jaune.

«Ça fait dix ans que je fais ça. Je fais ça surtout pour les enfants. Quand ils me voient arriver, ils ont tous un grand sourire sur le visage!»

Pour des raisons de santé, il n’est pas certain de pouvoir poursuivre ses activités au cours des nombreuses années à venir, mais sa participation constitue toujours une grande source de bonheur.

«C’est comme une piqûre. C’est vraiment plaisant de voir du monde joyeux de même.»