Zenabis prévoit offrir une cinquantaine de produits dès la légalisation du cannabis

Le gouvernement provincial accordera 360 000$ au producteur de cannabis Zenabis, situé à Atholville, afin qu’il puisse poursuivre son expansion et embaucher une cinquantaine de nouveaux employés.

Cette vague d’embauches fait suite à la toute récente phase d’expansion de l’usine. Cette phase est d’ailleurs toujours en cours et le demeurera jusqu’à l’automne. Elle devrait porter le nombre total d’employés de l’usine à près de 140 au cours des prochains mois.

Le producteur entend notamment embaucher des travailleurs de production, des responsables de la qualité, des techniciens en nettoyage et des chimistes analystes.

«Ce sont de très bonnes nouvelles pour la région. Une cinquantaine d’emplois comme ceux-ci va certainement aider à stimuler l’économie de notre coin. C’est aussi un bel élan vers d’autres développements futurs pour l’usine, mais aussi pour nos communautés», a déclaré le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Croissance démographique, Gilles LePage, présent à l’annonce.

Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

Ce nouvel investissement de Fredericton vient s’ajouter aux quelque quatre millions déjà injectés dans l’aventure Zenabis, sans compter l’argent mis de côté pour la mise en œuvre du programme de formation en partenariat avec le réseau des collèges communautaires du Nouveau-Brunswick. Ce programme, d’une durée de 20 semaines, est d’ailleurs donné en français au campus de Campbellton du CCNB.

L’entreprise restigouchoise, rappelons-le, a signé plusieurs ententes à titre de fournisseur privilégié de cannabis. C’est le cas avec la province du Nouveau-Brunswick, la chaîne Pharmasave ainsi que la BC Liquor Distribution Branch. De là la nécessité d’accroître sa capacité de production.

Selon John Kondrosky, chef des opérations chez Zenabis, l’entreprise devrait être en mesure d’offrir une cinquantaine de produits différents à compter du 17 octobre, date anticipée de la légalisation du cannabis.

«On parle de la marijuana séchée, moulue, de cigarettes de cannabis déjà roulées. Et tout cela avec une variance au niveau de l’intensité, car nous prévoyons mettre sur le marché sept variétés d’espèces qui offriront chacune une expérience différente pour le consommateur. Nous allons également continuer en parallèle d’explorer notre gamme de produits à base d’huile de cannabis pour les gens qui préfèrent ingérer et non pas inhaler la marijuana, tels que des gouttes orales, des vaporisateurs, des gélules», indique-t-il.

«La recherche et le développement (de produits) sont des éléments clés de notre entreprise. La culture de la marijuana nous permet d’avoir un matériau brut de qualité avec lequel travailler, mais la véritable magie s’effectue par la suite, c’est ce que l’on peut faire avec ce dernier», ajoute-t-il.

M. Kondrosky rappelle par ailleurs qu’il n’est pas possible pour le moment d’offrir des produits comestibles (boissons, biscuits, etc.) puisque cela ne sera pas autorisé dès le 17 octobre prochain.

Il s’attend par contre à des changements à ce chapitre dans un avenir rapproché. Le gouvernement fédéral a annoncé son intention de légaliser les produits de cannabis comestibles au plus tard en octobre 2019.

Pour ce qui est de l’usine restigouchoise, M. Kondrosky prévoit que de nouvelles phases d’expansions pourraient aller de l’avant rapidement.