Moncton aura bientôt sa maison de soins palliatifs

Une nouvelle maison de fin de vie bilingue de dix lits verra le jour à Moncton grâce à un investissement d’un million $ de Fredericton et une collecte de fonds de 4,5 millions $ d’un organisme à but non lucratif local. L’ouverture est prévue en novembre 2019.

Les membres d’Hospices du Grand Moncton rêvent de construire une maison de soins palliatifs depuis 14 ans.

À l’heure actuelle, quand les personnes en fin de vie ne sont plus en mesure de rester à leur maison, l’hôpital est la seule option dans le Sud-Est.

Bien que les équipes des unités de soins palliatifs des hôpitaux de Moncton «font un excellent travail», ils demeurent des environnements institutionnels qui n’offrent pas le niveau d’intimité et de confort des maisons de fin de vie, explique Dennis Cochrane, président d’Hospices du Grand Moncton.

«J’étais justement dans l’unité de soins palliatifs ce matin, et ils font un excellent travail. Mais on est au quatrième ou au cinquième étage et on ne peut pas sortir respirer l’air frais. On peut avoir son animal domestique, mais on ne peut pas le tenir trop près, et ce type de chose. Ici, on aura un environnement qui ressemble plus à la maison, qui est plus intime et moins institutionnelle.»

«À l’hôpital, on voit parfois un patient qui partage une chambre avec trois autres. À nos installations, ils auront leur propre chambre, ils pourront manger quand ils veulent, étant donné qu’il y aura un chef sur place. Les membres de la famille pourront rester ici. Il y aura tout ce qu’il faut pour célébrer la vie», ajoute Tradina Meadows-Forgeron, directrice générale d’Hospices du Grand Moncton.

Les meneurs du projet prévoient que la première pelletée de terre ait lieu en mai 2019. Les premiers clients doivent être accueillis six mois plus tard.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé, mardi, un investissement allant jusqu’à 1,08 million $ sur deux ans pour la mise sur pied de l’équipe de soins cliniques. Cela comprend l’embauche d’une infirmière auxiliaire et de préposés aux services de soutien à la personne. Ils seront appuyés par l’équipe interdisciplinaire du Programme extra-mural.

L’organisme à but non lucratif Hospices du Grand Moncton sera responsable d’amasser les fonds pour construire l’édifice, ainsi que pour acheter l’équipement nécessaire pour le centre et payer les coûts de fonctionnement. Mme Meadows-Forgeron estime que le tout dépassera les 4,5 millions $.

Les activités de collecte de fonds comprendront une vente à l’encan d’art nommé Hearts for Hospices (Coeurs pour les hospices), le 22 novembre, ainsi qu’une soirée d’humour et une danse. Elles incluront aussi le programme Ange inoubliable, une vente d’anges ornementaux en hommage aux personnes décédées.

Le nouvel établissement de plus de 16 000 pieds carrés (1486 mètres carrés) sera construit sur un terrain donné à Hospices du Grand Moncton il y a plus de cinq ans par le Club Lions Humphrey Lewisville Sunny Brae. Il s’agit d’un espace de 2,2 hectares près du chemin Shediac où se situaient anciennement l’école Sunny Side et son terrain de jeux.

La ministre des Finances Cathy Rogers assure que le financement de 1,08 million $ du gouvernement provincial fait partie du budget de l’année en cours. Il ne sera donc pas annulé, peu importe le résultat des élections du mois prochain.

Dennis Cochrane croit que la contribution du gouvernement provincial sera renouvelée dans deux ans. Il explique que le coût d’une personne à l’unité des soins palliatifs à l’hôpital est d’environ 1000$ par jour, alors qu’il sera de 400$ pour un client de la nouvelle maison de fin de vie.

«Je pense que ça dépasse les politiques. C’est un bon projet du point de vue économique, social et émotionnel. Je ne peux pas m’imaginer que quelqu’un dirait “on va payer 1000$ par jour au lieu de 400$”.»

La maison de fin de vie de Moncton deviendra le quatrième établissement de son genre au Nouveau-Brunswick. Saint-Jean et Fredericton ont chacun une maison de soins palliatifs. En janvier, il a été annoncé qu’une troisième sera construite à Miramichi.