Une épicerie internationale ouvre ses portes à Bathurst

Une entrepreneure originaire de la Côte d’Ivoire, Olive Mahi, a récemment ouvert une épicerie internationale à Bathurst. Le nouveau commerce se veut un lieu de découverte.

Cette ancienne étudiante en gestion de bureau au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick s’est lancée en affaires plus tôt cette année en ouvrant Adjamé Épicerie Africaine sur la rue Main.

L’entreprise se spécialise dans la vente de produits frais et d’épices de l’Afrique, de l’Asie et de la Jamaïque.

Les clients retrouvent dans les allées du magasin des produits de beauté et même des extensions pour les cheveux, ainsi que des dépliants sur lesquels on retrouve des recettes de mets africains.

Olive Mahi, explique qu’elle voulait ses origines africaines à Bathurst et faire découvrir de nouveaux aliments et produits aux gens de la région Chaleur. Elle voulait aussi répondre à la demande provenant des étudiants étrangers et des immigrants.

«Nous cherchons à apporter des menus pour tous les goûts africains et d’autres continents. J’ai compris la nécessité d’avoir au moins une petite partie de chez nous ici à Bathurst. C’est non seulement difficile d’être si loin de chez soi, c’est aussi difficile d’être loin de sa famille.»

Elle a remarqué qu’il n’y avait pas de magasin africain dans le coin. Elle y a vu une occasion de brasser des affaires.

«J’aime préparer des plats de mon pays qu’est la Côte d’Ivoire. On devait se rendre à Moncton pour acheter des produits africains. J’ai commencé à domicile pendant quelques semaines, et j’ai ouvert le magasin sur la rue Main en janvier dernier.»

Pour ce qui est du nom, Adjamé Épicerie, Mme Mahi fait savoir que c’est le nom d’une commune de la capitale ivoirienne, Abidjan.

«Dans cette commune, on trouve un peu de tout dans le marché. C’est l’un des grands marchés ouverts à Abidjan. J’ai donc décidé de choisir ce nom parce qu’on trouve un peu de tout dans mon épicerie comme au marché d’Adjamé.»

Avoir une épicerie africaine dans la région Chaleur représente tout un défi, indique-t-elle.

«Mon premier défi a été de me faire connaître auprès des gens de la région. La publicité est très importante pour une telle entreprise afin d’attirer plus de clients. L’autre défi est de satisfaire toute la clientèle. En plus des clients de la région Chaleur, j’en ai quelques-uns de Campbellton et de la Péninsule acadienne.»

Elle dit avoir bénéficié de l’accompagnement de la Ruche, qui aide les immigrants à démarrer leurs entreprises.

«C’est grâce à la Ruche que j’ai pu trouver ce local sur la rue Main. Ils m’ont également accompagné dans tout le processus de création de mon entreprise. Je trouve que c’est un excellent outil pour les immigrants de la région Chaleur. J’aime la région de Bathurst, car j’y vois une possibilité de travail et d’entrepreneuriat. C’est assez paisible pour élever des enfants.»

Pour l’instant, deux personnes – dont Olive Mahi – travaillent dans le commerce. Elle prévoit embaucher une autre personne en septembre.