La nouvelle vie du Jos-Frédric à Bas-Caraquet

Il n’est pas aussi imposant que le gigantesque homard installé à l’entrée de Shediac, mais il a lui aussi une fonction symbolique, et il constitue un attrait touristique. Le bateau du chanteur-pêcheur Donat Lacroix, le Jos-Frédric, trône désormais à l’entrée de Bas-Caraquet. Avec lui, la municipalité souligne l’importance de la pêche pour le village.

Le Jos-Frédric est la première chose que Denise Gionet voit, tous les matins, en ouvrant les rideaux de sa chambre. Sa maison est voisine du Parc des fondateurs.

«Je trouve ça super qu’ils l’aient posé là. Ça embellit le paysage. Ils l’ont mis en valeur, ils ont bien fait ça.»

Plus qu’un ornement, la goélette lui rappelle de nombreux souvenirs. La pêche a fait partie de sa vie – «Mon beau-père est mort dans le naufrage du Lady Audette, en 1971» –, la fête et la musique aussi.

Le bateau de Donat Lacroix, le Jos-Frédric, trône désormais à l’entrée de Bas-Caraquet. Une manière de souligner l’importance de la pêche dans ce village.

Après avoir affronté tempêtes et mers calmes avec son embarcation, Donat Lacroix l’a amarrée au quai de Caraquet et l’a transformée en boîte à chansons.

«J’y suis allée trois fois», se remémore Denise Gionet.

Bateau de pêche, petite salle de concert et maintenant emblème de Bas-Caraquet, le Jos-Frédric entame sa troisième vocation. Ce qui n’est pas pour déplaire à celui qui l’a bâti de ses mains, au début des années 1980, avec du bois d’érable et d’épinette noire: Donat Lacroix.

Nous l’avions rencontré en septembre 2015 alors qu’il s’interrogeait sur l’avenir de sa goélette. Il l’entreposait alors à l’arrière de chez lui. S’en sont suivi des discussions avec de potentiels repreneurs.

«Le Centre marin de Shippagan a été le premier à me contacter. Ils étaient intéressés pour le récupérer, mais les dimensions ne correspondaient pas par rapport au petit espace qu’ils avaient.»

Des particuliers l’ont approché. Il s’est refusé à faire affaire avec eux.

«Ça n’avait rien de personnel. C’est juste que pour moi, le Jos-Frédric est devenu bien plus qu’un bateau.»

Son épouse, Émé Lacroix, approuve.

«Le Jos-Frédric fait partie du patrimoine et de la culture acadienne», considère celle qui, pendant la période boîte aux chansons, se produisait aux côtés de son mari.

L’embarcation fut un temps pressentie au Carrefour de la mer, à Caraquet. Le projet n’a pas abouti. Bas-Caraquet s’est ensuite manifesté.

«Le précédent conseil municipal recherchait à installer un symbole fort à l’entrée du village pour rendre hommage à la pêche. Elle est très importante pour nous. Bas-Caraquet est un village de pêcheurs et la construction navale est, de longue date, un fleuron de notre économie. Acquérir le Jos-Frédric s’est imposé comme une évidence», déclare Dave Cowan, le directeur général de la municipalité.

Le bateau de Donat Lacroix, le Jos-Frédric, trône désormais à l’entrée de Bas-Caraquet. Une manière de souligner l’importance de la pêche dans ce village.

L’idée a remporté l’adhésion de la population.

«Le monde nous dit déjà qu’ils sont fiers de l’avoir», souligne le responsable.

Les gens de passage se montrent tout aussi emballés.

«Depuis qu’ils ont arrangé ça, je vois beaucoup de touristes s’arrêter et se prendre en photo devant. L’autre jour, il y en avait un qui prenait des pauses bizarres. C’était comique», confie Denise Gionet.