Moncton: le parc des arts du Sommet sera transformé malgré l’opposition

Lors d’un vote serré lundi soir, le conseil municipal de Moncton a donné son aval au projet qui transformera le parc des arts du Sommet. L’objectif, améliorer la sécurité de l’espace situé en plein cœur du centre-ville.

Le contrat du projet d’un peu plus de 158 000$ a été octroyé à l’entreprise TruServe.

L’entreprise devra améliorer la visibilité dans le parc. Pour y arriver, les bermes entourant l’espace seront réduites ou éliminées. Par conséquent, 16 arbres devront être coupés, mais 17 autres seront plantés.

Des clôtures seront aussi ajoutées et de nouvelles lumières (D.E.L.) illumineront les passages piétonniers.

Ces changements ont pour but d’améliorer l’apparence et la sécurité du parc situé devant le Centre culturel Aberdeen. Un centre où 150 enfants fréquentent une garderie et un parc où il n’est pas rare de voir des gens s’injecter de la drogue.

L’administration du centre culturel et son directeur général, René Légère, ont fait part de leurs «inquiétudes par rapport à la sécurité des enfants et des utilisateurs du parc». Selon M. Légère, les changements qui seront apportés au parc permettront d’y améliorer la sécurité.

«De notre côté on va aussi contribuer à assurer la sécurité dans le parc. Les 75 personnes qui travaillent dans le centre, ce sont des gens qui voient ce qui se passe dans le parc. On pourra communiquer avec la GRC, vous informer sur ce qui se passe dans le parc. Je pense que ce sera plus facile pour nous de le faire en raison des modifications qui seront apportées», a-t-il indiqué au conseil municipal.

Pour la conseillère Paulette Thériault, ce projet de rénovation du parc ne tient pas la route. Il doit être repensé puisqu’il ne respecte pas la vision initiale des gens qu’ils l’ont pensé dans le cadre du Sommet de la Francophonie de Moncton en 1999.

«Je crois qu’il faut repenser le projet. Je ne crois pas qu’il faut précipiter les choses. Je ne pense pas que des enfants vont mourir à Aberdeen. J’ai un petit fils qui fréquente cette garderie et il se porte très bien», a lancé d’un ton ferme la conseillère.

«Je crois que certains de ces enjeux (drogue et prostitution dans le parc) ont été exagérés et je crois qu’on doit trouver une autre façon de réparer ce bel espace», a-t-elle poursuivi.

«Kofi Annan (ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, décédé le 18 août) était là pour le Sommet, c’est un monument important pour la ville de Moncton. On devrait être reconnaissants», a conclu Mme Thériault avant de quitter abruptement la salle du conseil.

M. Légère croit, au contraire, que les modifications qui seront faites au parc respectent la vision initiale.

«Je crois que la proposition qui a été développée tient vraiment compte du rôle premier du parc qui était de célébrer le Sommet de la Francophonie qui a été célébré à Moncton. Pour moi c’est d’autant plus important parce que j’étais membre du comité organisateur du Sommet. Donc pour moi c’était non négociable que les changements apportés, s’il y en avait, considèrent cet élément-là.»

Six membres du conseil ont voté pour que les travaux aillent de l’avant et cinq contre. La motion a donc été adoptée.