Expo-Kent: une grande tradition familiale depuis 1956

Sous le thème «C’est une tradition de famille», les organisateurs de la 62e Expo-Kent donnent le coup d’envoi au rendez-vous annuel des producteurs agricoles de Sainte-Marie-de-Kent. De jeudi à dimanche, quelque 15 000 visiteurs auront droit à des manèges, des aliments locaux, une variété de spectacles et des concours des produits de la ferme.

Bruce Hickey a participé à 61 des 62 Expo-Kent de Sainte-Marie-de-Kent. Comment a-t-il pu manquer une seule expo en plus de six décennies? Simple: «je suis né en 1957, et la première était en 1956!», explique-t-il en riant.

Bruce Hickey, président de la 62e Expo-Kent de Sainte-Marie-de-Kent. Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

M. Hickey capture bien l’esprit de la foire agricole de Kent-Sud. Après avoir grandi sur une ferme à Rexton, il a lancé sa propre opération agricole dans la région dès qu’il a pu. Sexagénaire, il est toujours à la tête – avec son fils – d’une opération de 200 bovins.

Les étés, le président du conseil exécutif de l’Expo-Kent emmène son petit-fils à une poignée d’expositions agricoles à travers la province. Il admet que parfois, le jeune le tient plus occupé qu’il ne le serait autrement.

L’effort en vaut cependant le coup, assure-t-il. Le fermier souhaite transmettre à ses descendants le mode de vie qu’il a appris de ses aïeux.

La compétition de moutons a lancé les activités de la 62e Expo-Kent de Sainte-Marie-de-Kent, jeudi matin. Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

«Ils sont encore très jeunes, mais j’espère qu’ils prendront la relève et qu’ils continueront de faire vivre l’exposition. C’est toujours bien de voir la prochaine génération à l’oeuvre.»

Amber Parley avait quelques chevaux à la maison durant son enfance dans la région de Sainte-Marie-de-Kent. En grandissant, elle rêvait d’une carrière de fermière. Aujourd’hui, elle habite près de Sussex, où elle est responsable de poules, de vaches, de moutons et de trois enfants.

Selon elle, la vie de ferme est «la meilleure façon d’élever» ses enfants.

La 62e Expo-Kent de Sainte-Marie-de-Kent a commencé, jeudi matin. Elle se poursuit jusqu’à dimanche. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

«Ils apprennent à travailler, et sur la ferme on apprend tout ce qu’il faut à propos de l’alimentation, la reproduction, la vie et la mort», explique-t-elle fièrement.

Mme Parley en est à sa deuxième participation à la foire agricole de Sainte-Marie-de-Kent. Elle n’a que de bonnes choses à dire à propos de l’événement.

«C’est le meilleur. Les gens ici sont gentils, ils s’entraident, il y a beaucoup d’animaux et ça attire des grandes foules.»

La vie de la ferme est aussi dans les gènes de Brody Goodine, de Bear Island, une petite communauté de 1100 habitants à l’ouest de Fredericton. Le jeune homme âgé de 18 ans a obtenu son diplôme de l’école secondaire il y a quelques mois, et il compte travailler à la ferme bovine de son oncle jusqu’en 2019.

Brody Goodine, âgé de 18 ans de Bear Island, rêve d’avoir sa propre ferme. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

L’Acadie Nouvelle l’a rejoint alors qu’il nettoyait une vache qui va participer à la compétition des vaches avec son veau, vendredi matin.

«J’espère un jour avoir ma propre ferme», assure-t-il.

L’Expo-Kent se poursuit jusqu’à dimanche. Chaque jour, le public aura droit aux manèges d’East Coast Amusements, à des kiosques de nourriture et de vêtements ainsi qu’à des spectacles musicaux. Les activités commencent à 8h, vendredi, et à 8h30, samedi et dimanche.

«Le public ne réalise pas à quel point on travaille»

La vie sur la ferme n’est pas facile, et Bruce Hickey est le premier à l’admettre. En une courte anecdote, il a résumé jeudi à quel point les fermiers doivent être prêts à tout faire afin de survivre dans leur métier.

L’épisode s’est produit il y a quelques années, en plein coeur de l’hiver. Durant la nuit, il a découvert qu’une vache avait donné naissance à son veau à l’extérieur de la grange.

«J’étais certain qu’il était mort gelé, jusqu’à ce qu’il bouge un peu. La mère l’aimait, il n’y a pas de doute, mais elle avait fini par l’abandonner. J’ai travaillé sur le veau de 4h du matin jusqu’à 17h, en fin d’après-midi. J’ai passé à travers trois séchoirs à cheveux et une couverture électrique. Enfin, juste avant 17h, il allaitait.»

«J’ai réussi à sauver celui-là, mais chacun que je perds représente une perte de 1000$. C’est comme jeter 1000$ par la fenêtre.»

L’Expo-Kent est une occasion de sensibiliser la population au métier des producteurs agricoles de leur région. En plus d’être prêts à travailler à n’importe quel moment et dans n’importe quelles conditions météorologiques, les fermiers doivent être outillés afin de réagir à une grande gamme de défis.

«On n’est pas seulement un fermier. On est aussi une personne d’affaires, un vétérinaire, un mentor et plusieurs autres choses.»

«Cela dit, c’est une tradition que je n’échangerais pour rien au monde.»

La compétition de moutons a lancé les activités de la 62e Expo-Kent de Sainte-Marie-de-Kent, jeudi matin. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron