M. Tomate prêt à passer le flambeau à Rogersville

Après presque 40 ans à la tête de M. Tomate, Patrice Finnigan est prêt à passer le flambeau. L’homme d’affaires et politicien compte prendre son temps afin de trouver un acheteur avec un plan solide pour l’avenir de l’entreprise agricole de Rogersville.

Patrice Finnigan et son épouse, Lise, ont construit M. Tomate «à partir de zéro» à la fin des années 1970. Au cours des décennies, ils ont traversé des hauts et des bas associés à la gestion d’une entreprise en région rurale au Nouveau-Brunswick.

Aujourd’hui, M. Tomate emploie jusqu’à 40 personnes durant la haute saison. L’entreprise qui comprend une boulangerie et une crèmerie est parmi les plus connus à Rogersville, étant l’un des premiers commerces que l’on voit en entrant dans le village sur la route 126 à partir de Moncton.

S’approchant de l’âge de la retraite, M. et Mme Finnigan ont décidé que le temps était venu de tourner la page.

«On allait finir par être obligé de vendre; il n’y a personne qui dure pour toujours et on ne voulait pas attendre qu’on ne soit plus motivé. Mais c’est business as usual jusqu’à ce qu’il y a de nouveaux propriétaires qui prennent ça en main et qu’ils prennent leur temps d’emporter leurs nouvelles idées.», mentionne-t-il, ajoutant que sa nouvelle carrière en politique a aussi influencé la décision.

Les Finnigan veulent s’assurer que l’avenir de M. Tomate est entre bonnes mains. Ils prennent ainsi leur temps afin de trouver le meilleur acheteur possible.

Notamment, l’une des conditions de vente est que le nom de l’entreprise reste inchangé.

«On veut trouver quelqu’un qui va emporter sa propre vision, mais on veut s’assurer qu’il est compatible avec la communauté, les employés et le concept qu’on a créé pour la compagnie. On a commencé ça quarante ans passés, c’est notre bébé. On l’a bâti à partir de zéro et on est très conscients de ce que ça emporte à la communauté.»

Les propriétaires ont presque conclu la vente de M. Tomate il y a deux ans. Au dire de M. Finnigan, tous les documents nécessaires étaient signés, mais la transaction est tombée à l’eau à la dernière minute pour des raisons financières.

Cette année, les Finnigan se sont associés à une société immobilière spécialisée en propriétés agricoles, Westerkamp Realty. L’agence a pris des photos de l’entreprise avec un drone, puis les a publiés sur son site Internet. La page web indique un prix de vente de 650 000 $, ce qui inclut la boulangerie, la crèmerie, les serres et une maison à trois chambres. Il comprend aussi le centre saisonnier de M. Tomate à Miramichi.

La vente n’inclut cependant pas la succursale de M. Tomate à Richibucto. Le frère de M. Finnigan, Charles, continuera à gérer cette entreprise.

La publication de Westerkamp Realty a relancé l’intérêt des acheteurs potentiels. Selon M. Finnigan, plusieurs personnes ont signalé leur intérêt dans son entreprise, y compris un couple de l’Allemagne qui a l’intention de visiter la région bientôt. Il souhaite conclure une vente par cet hiver.

«Il y en a qui sont assez sérieux et assez avancés. Mais on ne ferme pas la porte à personne tout de suite. On regarde toutes nos options. On va prendre bien notre temps pour s’assurer de prendre la bonne décision.»

Patrice Finnigan a été élu député fédéral de la circonscription Miramichi-Grand Lake lors des élections de 2015.

En 1975, l’homme de Rogersville a fondé une serre sur la ferme de son père, avant d’ouvrir un kiosque et acheter une plus grande serre avec son épouse en 1979. Dans les années 1980, le couple a ouvert des centres de jardin à Miramichi et à Richibucto. Depuis 2011, M. Tomate détient sa certification biologique. n